Développement durable : le transport aérien français poursuit ses efforts

En dépit d’un contexte économique difficile sur le plan de la compétitivité et de l’emploi, le transport aérien français poursuit ses efforts en matière de RSE afin d’améliorer sa performance environnementale (gaz à effet de serre) et sociétale, notamment en terme d’emploi et de formation, a indiqué vendredi la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande (FNAM).

Que valent les services chauffeur des compagnies aériennes ?

Le site Flight-Report a mené l’enquête : seule une poignée de compagnies aériennes à travers le monde offrent à certains de leurs clients un transfert entre le domicile ou le bureau et l’aéroport. Mais ce service, réservé aux passagers Affaires et Première, est toutefois astreint à certains critères d’éligibilité et qui varient grandement d’une compagnie à l’autre : classe de réservation ou lieux de la prise en charge notamment.

L’IATA prévoit une baisse des bénéfices des compagnies aériennes en 2017

L’Association du transport aérien international (IATA) s’attend à ce que l’industrie aérienne mondiale réalise en 2017 des bénéfices nets de 29,8 milliards de dollars, en baisse par rapport au record de 35,6 milliards prévus pour 2016. En cause, un environnement plus difficile et la remontée des prix du pétrole. En moyenne, les compagnies aériennes réaliseront un bénéfice de 7,54 dollars pour chaque passager transporté l’année prochaine.

Amsterdam s’attend à devenir le 3e aéroport d’Europe d’ici la fin de l’année

Fort d’une croissance soutenue depuis le début de l’année, l’aéroport Amsterdam-Schiphol s’attend à devenir le troisième aéroport d’Europe à la fin 2016 en termes de trafic passagers, derrière Londres-Heathrow et Paris-Charles de Gaulle. Une annonce faite lors de la présentation du programme hiver 2016-2017 durant lequel la plateforme sera reliée à 320 destinations dans le monde.

Les compagnies aériennes cherchent à résoudre un problème à 60 milliards de dollars

Les intempéries, les catastrophes naturelles et les grèves coûtent à l’industrie du voyage plus de 60 milliards de dollars chaque année, équivalents à 8% des revenus du secteur. Avec le doublement attendu du nombre de passagers aériens d’ici 2034, la perturbation des vols est sur le point de devenir un des plus importants défis opérationnels à résoudre notamment par les compagnies aériennes et les aéroports, selon un nouveau rapport de T2RL et Amadeus.