Air New Zealand dit adieu au Boeing 767

Après plus de trente ans d’opérations, le Boeing 767 quitte la flotte d’Air New Zealand pour être remplacé par le Boeing 787-9 Dreamliner.

La compagnie aérienne de Nouvelle-Zélande a opéré le dernier vol régulier de son 767-300ER vendredi 31 mars entre Sydney et Auckland où il s’est posé peu avant minuit.

Le 767 a rejoint la flotte en 1985, sous la forme d’un 767-200ER. La version -300ER fut introduite en 1991. Air New Zealand a exploité ces appareils sur la plupart des lignes long-courriers. Elle a commencé à remplacer le 767 avec l’arrivée du Boeing 787-9 en juillet 2014.

« Le Boeing 767 a été un pilier d’Air New Zealand pendant plus de 30 ans » , explique le commandant David Morgan, responsable des opérations. « Mais le 787-9 Dreamliner nous permet d’être plus efficients sur les routes long-courriers et d’avoir une flotte de gros-porteurs simplifiée, pour le bénéfice de l’entreprise et des clients » .

Il précise : « l’utilisation des Dreamliner, qui sont plus grands, résultera dans une augmentation de la capacité de l’ordre de 3% sur les routes vers l’Australie et les îles du Pacifique (où le 767 était déployé dernièrement, ndlr). En outre, nos clients bénéficieront sur le 787-9 des classes Business Premier et Premium Economy » .

Air New Zealand a reçu neuf des treize 787-9 qu’elle a commandés. Deux autres exemplaires doivent lui être livrés à la fin 2017, les deux derniers d’ici la fin 2018.

Le 767 a cependant connu son heure de gloire. Comme le rappelle la compagnie dans un communiqué, il a notamment servi à ramener en Nouvelle-Zélande l’équipe nationale victorieuse de l’America Cup en 1995. Avant cela, il a transporté le Pape Jean-Paul II entre Christchurch et Canberra en novembre 1986.

Air New Zealand ne comptait plus que deux 767-300ER dans sa flotte. Les deux appareils sont à présent retirés. Ils ont été vendus et seront convertis en appareils cargo. Outre les 787-9, la compagnie exploite trente A320-200, huit Boeing 777-200ER, sept 777-300ER ainsi que des turbopropulseurs, soit quinze ATR 72-600, onze ATR 72-500 et vingt-trois Bombardier Q300. Dans le cadre du renouvellement de sa flotte, elle attend treize A320/A321neo.

Photo Montague Smith GNU 1.2 – Boeing 767-300ER d’ Air New Zealand