Air France retourne à Milan-Malpensa en Boeing 787-9

Air France a utilisé mardi son Boeing 787-9 Dreamliner pour la reprise de sa liaison entre Paris-Charles de Gaulle et Milan-Malpensa, avec la volonté de marquer son engagement sur le marché milanais et plus largement italien.

Depuis ce week-end et après cinq ans d’absence, Air France est de retour à l’aéroport de Milan-Malpensa. À cette occasion, la compagnie a effectué mardi 28 mars un vol exceptionnel avec le dernier ajout de sa flotte long-courrier, le Boeing 787-9 Dreamliner immatriculé F-HRBA. L’appareil en provenance de Paris-Charles de Gaulle s’est posé peu avant 09h30 à Milan-Malpensa.

« La présence de notre Boeing 787 sur la piste de l’aéroport de Malpensa, le deuxième d’Italie par le nombre de passagers, confirme l’engagement du Groupe Air France-KLM sur la zone de Milan » , a déclaré Barry ter Voert, vice-président Europe du transporteur franco-néerlandais. « La reprise des vols est l’occasion d’élargir la présence de la compagnie dans le Nord-Ouest de l’Italie et le sud de la Suisse, dans la continuité de nos vols à Milan-Linate » , a-t-il ajouté.

Interrogé par la presse italienne qui lui demandait si Air France-KLM allait lancer des vols long-courriers à Milan-Malpensa, Barry ter Voert a jugé l’hypothèse « intéressante » tout en précisant que cela ne rentrait pas « dans nos projets à court terme » .

Air France opère désormais cinq vols par jour entre Paris-Charles de Gaulle et Milan-Malpensa. Sa compagnie soeur KLM a également repris la desserte et assure quatre vols quotidiens depuis Amsterdam-Schiphol.

« Le retour d’Air France-KLM à Milan-Malpensa confirme le choix de nombreux transporteurs qui veulent être présents dans un grand aéroport international en forte croissance » , a souligné Giulio De Metrio, le directeur d’exploitation de SEA, la société qui gère l’aéroport. « La tendance positive du trafic de passagers observée depuis 22 mois se poursuit au cours des premiers mois de 2017 » , a-t-il ajouté en donnant les chiffres de janvier (+15,6%) et février (+11,8%). « Les prévisions pour mars tablent encore sur une croissance à deux chiffres. Nous espérons partager avec Air France-KLM des résultats aussi satisfaisants dans les prochains mois » .

Parallèlement à son retour à Malpensa, Air France-KLM maintient une présence sur la deuxième plateforme milanaise, Linate, plus proche du centre-ville. Toutefois, le groupe a dû rétrocéder des créneaux de décollage et d’atterrissage à Alitalia qui souhaite y développer ses propres opérations. Ainsi, Air France opère désormais deux vols par jour vers Milan-Linate, et KLM un vol quotidien, chacune depuis leur hub respectif.

En outre, Alitalia a mis fin le 26 mars à sa co-entreprise européenne avec Air France-KLM. « Nous continuons notre partenariat au sein de la co-entreprise transatlantique, dont fait toujours partie Alitalia, mais l’autre partenariat est arrêté, c’est le point où nous sommes maintenant » , a déclaré Barry ter Voert.

Malgré ces développements, Air France-KLM se veut offensif sur le marché milanais et plus largement italien. Avec le retour à Malpensa, le groupe augmente son offre globale à Milan. « Nous offrons aux passagers la possibilité d’atteindre ainsi 178 destinations à travers le monde avec un temps de correspondance à Paris-Charles de Gaulle ou Amsterdam-Schiphol inférieur à deux heures » , a précisé Barry ter Voert.

Ailleurs en Italie, Air France propose pour la saison été un vol quotidien supplémentaire entre Paris-Charles de Gaulle et Rome-Fiumicino. KLM ouvre deux lignes vers ce pays, Cagliari en Sardaigne et Catane en Sicile.

Photo © Air France : Boeing 787-9 à Milan-Malpensa (28/03/2017)