La France s’intéresse au suivi des avions par satellite

La Direction des services de la navigation aérienne (DSNA) a conclu un protocole d’accord avec la société américaine Aireon en vue d’évaluer les aspects techniques et opérationnels d’une surveillance par satellite des avions équipés d’ADS-B dans l’espace aérien français.

Comme le rappelle Aireon, la DSNA a non seulement la charge de gérer l’un des espaces aériens les plus fréquentés d’Europe (plus de trois millions de vols en 2016) mais aussi celui de la Polynésie française, de la Nouvelle Calédonie, des Antilles-Guyane, d’une partie de l’océan Indien et de Saint-Pierre et Miquelon – des territoires dont le vaste espace aérien océanique bénéficie actuellement, avec les technologies disponibles, d’une surveillance limitée.

Si de nombreux aéronefs sont équipés d’ADS-B, les signaux qu’ils émettent sont aujourd’hui captés par des bases terrestres, ce qui limite leur réception lors du survol des étendues maritimes ou désertiques. Aireon sera la première société à fournir une technologie qui permettra de capter ces signaux en temps réel depuis l’espace. Elle s’appuiera sur le déploiement des 66 satellites NEXT d’Iridium à partir de 2018 et couvrira ainsi la totalité du globe terrestre.

Le protocole d’accord annoncé le 14 mars donnera la possibilité à la DSNA d’évaluer la pertinence de la solution d’Aireon. « La capacité de surveillance en temps réel d’Aireon pourrait offrir des possibilités fascinantes, principalement en termes de la sécurité et d’efficacité » , explique dans un communiqué Philippe Barnola, directeur de la stratégie et des investissements de la DSNA. Il ajoute que la solution pourrait doubler les infrastructures terrestres existantes et permettre de surveiller les zones les plus reculées.

« La France a des responsabilités sans pareil en matière d’espace aérien, qui couvrent les deux hémisphères » , souligne Cyriel Kronenburg, vice-president d’Aireon. Il ajoute : « Aireon est seule en mesure de fournir à la DSNA un système unique capable de supporter l’ensemble de son espace aérien mondial, soit comme solution principale pour la surveillance de l’espace aérien océanique, soit comme solution complémentaire des systèmes de surveillance terrestres existants. Nous attendons avec intérêt les résultats de son évaluation » .

Aireon est une co-entreprise entre Iridium Communications, NAV Canada, l’IAA (Irish Aviation Authority, Enav (Italie) et Naviair (Danemark).

Visuel Aireon : surveillance satellite ADS-B (capture d’écran Youtube)