Alitalia gèle les salaires et suspend une ligne

Alors qu’elle prépare la deuxième phase de son plan de restructuration, Alitalia gèle les salaires de ses employés à compter du 1er janvier 2017. Et cessera de relier Rome à Milan-Malpensa un mois plus tard.

La semaine dernière, Alitalia s’est donnée 60 jours pour négocier avec ses différents partenaires – syndicats, fournisseurs – « des changements radicaux » en vue d’assurer sa viabilité sur le long terme. Les discussions avec les syndicats ont commencé ces derniers jours, pour évoquer la situation de l’entreprise mais aussi le renouvellement des conventions collectives qui expirent au 31 décembre 2016. Alitalia est confiante qu’un accord sera trouvé mais dans l’intervalle, met fin à l’indexation automatique des salaires en les gelant au 31 décembre et ce jusqu’à la fin de la négociation avec les syndicats.

Dans un communiqué vendredi, Alitalia se dit « convaincue que le meilleur accord possible sera trouvé, en ligne avec l’objectif que la société s’est fixée dans le cadre de la deuxième phase de son plan industriel, prévoyant, d’une part, une réduction des coûts et d’autre part, une augmentation du chiffre d’affaires, éléments nécessaires pour assurer la viabilité à long terme de l’entreprise » .

« En attendant que soit signée une nouvelle convention collective qui garantira à l’entreprise une plus grande efficacité dans un marché du transport aérien de plus en plus concurrentiel, la rémunération et les conditions de service de chaque employé resteront inchangées, avec le gel des salaires au 31 décembre 2016 » .

Selon La Repubblica, les syndicats ont manifesté dans une déclaration commune « leur opposition absolue à cette décision unilatérale, tant sur le fond que sur la forme » . Les discussions avec les partenaires sociaux doivent se poursuivre dans les prochains jours.

Dans le même temps, Alitalia a suspendu à compter du 1er février 2017 les réservations sur la ligne reliant Rome-Fiumicino à Milan-Malpensa (trois vols par jour en Embraer 175 d’Alitalia Cityliner) pour se concentrer sur la desserte de Milan-Linate. La route générerait un déficit annuel de 6 millions d’euros et trop peu de passagers l’emprunteraient, selon la presse italienne. D’autres mesures de réduction de coûts sont à prévoir dans les semaines qui viennent.

Pour mémoire, le plan de restructuration que prépare la compagnie détenue à 49% par Etihad Airways d’Abu Dhabi prévoit notamment la restructuration du réseau opéré par les monocouloirs, le développement du long-courrier, la réduction des coûts et l’augmentation de la productivité, la réévaluation des accords de co-entreprise et une réduction des effectifs dont l’ampleur à ce stade n’est pas déterminée.

Alitalia a réduit ses pertes à moins de 200 millions d’euros en 2015, au lieu de 580 millions d’euros un an plus tôt. Mais elles pourraient augmenter à 400 millions d’euros en 2016 et 500 millions d’euros en 2017 si aucun changement n’est opéré.

Crédit photo Alitalia

Laissez un commentaire