airBaltic réceptionne le premier CS300

bombardier_cs300_airbaltic_2Bombardier Avions commerciaux a livré ce 28 novembre le premier CS300 à la compagnie de lancement airBaltic, en vue de son entrée en service dans une quinzaine de jours. 

Cette livraison intervient cinq mois après l’entrée en service de la variante CS100 auprès de Swiss International Airlines. C’est « un événement marquant et le point culminant du dur labeur et de la collaboration de milliers d’employés, partenaires et fournisseurs » , a souligné Rob Dewar, vice-président en charge du Programme C Series chez Bombardier.

airBaltic devient ainsi le premier opérateur du CS300 dans le monde. Variante de plus grande de la famille C Series, l’appareil est conçu pour transporter de 130 à 150 passagers. Comme le CS100, il est équipé du moteur PW1500G de Pratt & Whitney. Selon le constructeur, les compagnies aériennes pourront exploiter avec les C Series des liaisons auparavant non rentables ni même possibles.

« Avec sa plus grande autonomie, sa plus faible consommation de carburant et ses émissions sonores réduites comparativement aux autres avions  de son segment, l’avion CS300 permettra à airBaltic d’ouvrir de nouvelles liaisons et de connecter des gens dans toute l’Europe, tout en offrant aux passagers une expérience en vol inégalée » , s’est félicité Martin Gauss, le président-directeur général de la compagnie nationale de Lettonie.

airBaltic a commandé vingt CS300 qu’elle a choisi de configurer avec 145 sièges. Les appareils serviront à remplacer et étendre la flotte de Boeing 737-300 et -400 plus anciens. La compagnie effectue ainsi une transition vers une flotte « tout Bombardier » . Elle exploite déjà douze turbopropulseurs Q400.

Le premier vol commercial est programmé pour le 14 décembre, sur la liaison Riga-Amsterdam. L’appareil sera démontré sur d’autres destinations européennes, notamment Paris-Charles de Gaulle dès le 6 janvier 2017, mais aussi Munich (15 décembre), Stockholm (16 décembre), Helsinki (17 décembre), Barcelone (31 décembre), Londres-Gatwick (7 janvier) ou Francfort (9 janvier). Le programme et l’avion sont présentés sur un mini-site dédié.

Le programme C Series a accumulé deux ans de retard et a vu Bombardier mobiliser d’importants capitaux. Le gouvernement provincial du Québec a dû venir à la rescousse du constructeur basé près de Montréal en investissant un milliard de dollars américains dans le programme.

« C’est avec fierté que je salue cette livraison importante et symbolique, qui confirme encore une fois la décision judicieuse du Québec à agir comme partenaire de Bombardier dans le développement et l’industrialisation des avions C Series » , a souligné Dominique Anglade, ministre de l’Économie, des Sciences et de l’Innovation et ministre responsable de la stratégie numérique du Québec. « En effet, non seulement Bombardier, qui contribue à hauteur de 8,5 milliards $ au produit intérieur brut du Québec, soit 2 % de l’économie de la province, est un intervenant clé dans l’industrie aéronautique du Québec, mais elle génère également d’importantes retombées pour l’ensemble de l’économie du Québec » , a-t-il expliqué.