easyJet va baser deux avions supplémentaires en France

easyJet : Airbus A320

easyJet va poursuivre sa croissance en France où elle basera deux Airbus A320 supplémentaires à partir de juin prochain. Au total, la low-cost compte accroître d’1,5 million de sièges son offre dans l’Hexagone en 2017.

easyJet a annoncé le 2 novembre la poursuite de ses investissements en France, expliquant qu’elle souhaite consolider sa stratégie d’être le numéro 1 et 2 sur les principaux aéroports du pays.

À partir de juin prochain, les 2 nouveaux avions, dont l’attribution de base sera révélée plus tard dans l’automne, porteront à 30 le nombre d’appareils que la compagnie stationnera en France, soit plus de 10 % de sa flotte totale (256 avions à ce jour). Ces appareils permettront d’offrir 600.000 sièges supplémentaires sur le marché français en 2017. En outre, la France sera également alimentée par un nombre de sièges à la hausse provenant d’autres bases du réseau d’easyJet. Au total, ce sont ainsi 1,5 million de sièges supplémentaires qui seront proposés aux voyageurs d’affaires ou de loisirs.

« Dès ses premières années easyJet a fait le pari de la France : une destination attractive et dynamique qui est le premier marché easyJet après le Royaume-Uni » , explique François Bacchetta, Directeur Général d’easyJet pour la France. « Avec un taux de pénétration des low-cost de moins de 30% en France, nous avons encore de nombreuses opportunités à saisir dans l’hexagone. Notre stratégie d’investissement vise la croissance du nombre de passagers mais aussi une implantation locale sur le long terme contribuant à l’économie locale » , ajoute-t-il.

Sur l’année calendaire 2016, easyJet a lancé 36 nouvelles routes depuis et vers la France, dont 30 ont débuté durant l’été 2016 et 6 autres dès cet automne (Paris CDG-Pristina, Lyon-Vienne, Lyon-Stockholm, Marseille-Berlin, Nantes-Milan, Toulouse-Londres Luton).

Sur ces 36 nouvelles liaisons, 5 d’entre elles sont uniquement opérées par easyJet, soit Paris CDG-Pristina, Lille-Milan, Bordeaux-Berlin, Marseille-Berlin, Marseille-Glasgow. Ce qui permet à la compagnie d’affirmer qu’elle apporte « une valeur ajoutée au réseau aérien français » .

easyJet se présente également comme le deuxième employeur de l’industrie avec plus de 1.000 salariés répartis entre Paris et les régions (Lyon, Nice, Toulouse). Elle explique que 72 postes ont été créés à Lyon en 2016 avec l’arrivée de 2 avions supplémentaires ; il en sera de même en 2017 avec les 2 nouveaux Airbus A320 qui résulteront dans l’embauche de 72 nouveaux personnels de bord sous contrat français.

La low-cost britannique est présente en France depuis 20 ans, après avoir lancé une première ligne entre Londres-Luton et Nice. Elle y opère aujourd’hui 5 bases et 200 lignes.

Photo easyJet : Airbus A320

5 thoughts on “easyJet va baser deux avions supplémentaires en France

    • C’est exact. Une coquille s’est glissée dans le communiqué d’easyJet que je n’avais aucune raison de vérifier. L’article est corrigé. Merci.

  1. Auvergne-Rhône-Alpes (comme on doit dire à présent) peut dire merci à Easyjet de croire au potentiel de Lyon Saint-Exupéry ; depuis 2008, date de l’ installation d’une base, la compagnie orange n’a cessé de croître ; et sur les 40 liaisons, domestiques ou internationales, qu’elle assure au départ de Lyon, un certain nombre sont assurées par elle seule : Edimbourg, Berlin, Naples, Cracovie, Copenhague, Budapest, et prochainement Stockholm…qui, contrairement à ce que dit l’article, sera assurée uniquement par Easyjet (ou alors SAS a des projets en ce sens ?).
    Air France, Lufthansa, SAS, Malev, pour certaines de ces liaisons, s’y sont essayées. Le low-cost réussira-t-il là ou les compagnies « legacy » n’ont pas réussi à s’imposer ?

Comments are closed.