Qantas envisage un vol sans escale en Dreamliner entre l’Europe et l’Australie

Boeing 787-9 aux couleurs de Qantas - © Qantas

Qantas Airways envisage de relier Londres et Perth par un vol sans escale, qui serait le premier de la sorte entre l’Europe et l’Australie, grâce au nouveau Boeing 787-9 Dreamliner dont elle prendra livraison à partir de l’année prochaine.

Cette annonce a été faite le 5 août par Alan Joyce, le directeur exécutif de la compagnie australienne, lors d’une conférence organisée par le cabinet d’analyse CAPA. Avec une distance de 14.999 kilomètres entre Perth et Londres, cette route serait l’une des plus longues du monde, presqu’à égalité avec le vol Doha-Auckland (14.535 kilomètres) que doit lancer Qatar Airways en février prochain. Plus longue en tout cas que l’actuelle tenant du titre, le vol Dubai-Auckland d’Emirates (14.200 kilomètres).

Qantas compte révéler d’ici la fin de l’année les routes envisagées avec le 787-9 dont elle a commandé huit exemplaires l’année dernière (plus 15 options et 30 droits d’achat).

La principale raison pour laquelle nous avons choisi cet avion en particulier est son incroyable efficacité. Sa nouvelle technologie permettra de réduire la consommation de carburant et les opérations de maintenance lourdes, mais aussi d’ouvrir de nouvelles destinations dans le monde entier” , avait expliqué à l’époque Alan Joyce.

Qantas vise à déployer le 787-9 sur des routes sur lesquelles elle serait sans concurrence directe. Outre Perth-Londres, la compagnie pense aussi à Brisbane-Etats-Unis, Melbourne-Dallas ou Sydney-Chicago. « Il y a de nombreuses options différentes« , estime le dirigeant.

Le premier de ces appareils est attendu pour octobre 2017, trois autres d’ici juin 2018, et les quatre derniers dans les douze mois suivants, a confié au site ausbt.com.au Gareth Evans, le directeur des opérations internationales de Qantas. Une des configurations envisagées prévoit d’installer seulement 245 sièges en trois classes de service, soit 42 en classe Affaires, 28 en Premium Economie et 165 en Economie.

En revanche, Qantas, qui exploite actuellement douze Airbus A380, prévoit de retarder encore la livraison des huit derniers qu’elle a commandés. Après plusieurs reports, ils auraient dû commencer à rejoindre la flotte en 2018. « Nous allons continuer à les repousser » , fait savoir Alan Joyce.

Il s’agit selon l’agence de presse AAP d’une mesure d’économie dans le cadre du plan de restructuration mis en oeuvre par la compagnie, d’autant plus qu’elle n’a pas besoin d’autant de super Jumbos pour ses routes vers l’Asie et la Chine en particulier où elle compte se développer.

Visuel : Boeing 787-9 aux couleurs de Qantas – © Qantas