Air France : la grève des PNC coûtera autour de 90 millions d’euros, selon le PDG

Airbus A380 d' Air France - © Air France

Le PDG d’Air France a estimé ce 2 août que le coût de la grève des hôtesses et stewards (PNC), qui aura duré une semaine, « tournera autour de 90 millions d’euros » .

Au micro de France Info, Frédéric Gagey a expliqué qu’il s’agit d’une somme « extrêmement importante, en gros la valeur d’un avion long-courrier » , qui « plombera forcément » les comptes de la compagnie. Mais « Air France aura un résultat d’exploitation positif en 2016 comme en 2015 » , a assuré le dirigeant.

« C’est une grève qui aura évidemment un impact très négatif pour l’image d’Air France » , a aussi déclaré Frédéric Gagey, rappelant que la compagnie « a tout fait depuis des années pour renforcer (son) sens du service (…). Ce qui s’est passé les derniers jours va à l’encontre de tout ça » .

Le patron d’Air France évalue à 180.000 le nombre de passagers impactés par le mouvement, avec 36% de grévistes en moyenne, des estimations inférieures à celles des syndicats qui avancent les chiffres de 200.000 passagers impactés et jusqu’à 70% de grévistes. « Pour tous ces passagers qui ont été impactés, c’est un immense regret de la part de la compagnie et de la part de tous les gens au sein de la compagnie qui se sont efforcés de limiter l’impact » , a ajouté Frédéric Gagey.

Le dirigeant reproche aux syndicats d’avoir déclenché un mouvement social alors que « rien n’est imposé par la direction dans les semaines qui viennent, (…) en plein milieu de l’été, à une période particulière pour nos passagers, pour les Français qui partent à l’étranger qui ont connu des mois stressants » .

Répondant à l’Intersyndicale PNC qui a dénoncé lundi dans un premier bilan du conflit l’attitude de la direction, qui n’a, selon elle, « à aucun moment de ce mouvement de grève de 7 jours, cherché à négocier pour y mettre fin » , Frédéric Gagey a déclaré qu’il y avait eu « beaucoup de débats, beaucoup de réunions avant » le début du mouvement. « Les quelques jours avant le conflit, j’ai moi-même rencontré les syndicats. On a fait des propositions (…) et ce n’était pas encore suffisant, alors que nous avions apporté des éléments de réponse à tous les points qu’ils avaient mis sur la table » , a indiqué le PDG.

Les hôtesses et stewards d’Air France ont été appelés à la grève du 27 juillet au 02 août 2016 notamment par deux syndicats représentatifs, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC, représentant 45% des voix aux élections professionnelles PNC. Réunis en intersyndicale, ils demandent que l’accord collectif PNC, arrivant à échéance en octobre, soit reconduit pour cinq ans ou une période indéterminée, au lieu de 17 mois comme le souhaite la direction.

Photo Air France