Aéroport de Toulouse : le nouvel actionnaire chinois juge son bilan positif

Vue aérienne de l'aéroport de Toulouse Blagnac - © ATB

Un an après avoir racheté la part de l’Etat dans l’aéroport Toulouse-Blagnac, le consortium chinois Casil Europe a fait le point sur son action et tiré un bilan positif de la nouvelle gouvernance.

« En un an, beaucoup a déjà été fait à l’aéroport avec l’appui des actionnaires et des équipes » , se félicite Casil Europe dans un communiqué. Le consortium s’est fixé pour but de parvenir à une croissance moyenne annuelle du nombre de passagers de l’ordre de 4,5% dans les 5 prochaines années, accompagnée d’une montée en gamme du service dans le même temps. En termes financiers, l’objectif est une hausse annuelle de l’excédent brut d’exploitation de 9%, visant un EBITDA de 65 millions d’euros d’ici 2020.

La mise en oeuvre de ce projet s’est effectuée « dans un contexte difficile pour le transport aérien en France, marqué par les enjeux de sécurité et par un climat social tendu » , souligne Casil Europe. Pour autant, « l’année 2015 s’est achevée avec une hausse du nombre de passagers d’environ 2% et un EBIDTA (bénéfice) par passager de 5.42 euros » . En outre, « 2016 a bien commencé pour l’aéroport Toulouse-Blagnac grâce à la consolidation du réseau de compagnies aériennes et l’accroissement du nombre des destinations » : de nouveaux opérateurs font leur apparition sur le tarmac de l’aéroport comme Volotea et Ryanair, tandis qu’easyJet a décidé d’accroître le nombre de ses appareils positionnés à Toulouse-Blagnac.

« Au cours de l’année, les projets d’agrandissement de l’aéroport proposés par Casil Europe ont eux aussi progressé » , ajoute le consortium. Le Conseil de surveillance de l’aéroport a voté à l’unanimité l’extension et la rénovation des terminaux, l’agrandissement des parkings et du nombre de boutiques et de restaurants, la construction d’un hôtel 4 étoiles, ainsi que la diversification des infrastructures de l’aéroport (développement d’espaces de bureaux et des hangars de peinture). L’ensemble des investissements prévus pour les 5 prochaines années s’élève ainsi à 162,5 millions d’euros, contre 84 millions d’euros prévus par les actionnaires publics initialement sur la période 2014-2018. Les premiers aménagements seront visibles dès 2018.

Casil Europe estime ainsi qu’il « a rempli ses devoirs et ses obligations liés aux clauses de l’accord » signé dans le cadre de la privatisation.

L’ouverture du capital de Toulouse-Blagnac a été réalisée le 17 avril 2015, l’Etat ayant cédé sa participation de 49,99% au consortium. L’accord entre les deux parties inclut également une option sur la vente des 10,01 % de parts encore détenues par l’Etat à Casil Europe en 2018.

Le consortium est détenu à 51% par Shandong High Speed Group Limited, basé à Jinan, et à 49% par Friedmann Pacific Asset Management Limited (FPAM), basé à Hong Kong.

Photo : vue aérienne de l’aéroport de Toulouse Blagnac – © ATB

 

Laissez un commentaire