Compagnies du Golfe : la France et l’Allemagne veulent une « concurrence loyale »

3 airbus A380 à l'aéroport de Dubai - Source Emirates

Les ministres français et allemand en charge des transports ont réitéré jeudi leur soutien à la Commission Européenne pour qu’elle négocie rapidement un nouveau traité aérien global entre l’Europe et les États du Golfe en vue d’assurer « une concurrence loyale » entre les compagnies aériennes des deux régions.

Alain Vidalies et son homologue allemand, Alexander Dobrindt, ont effectué le 7 avril 2016 une déclaration commune concernant la politique des transports de l’Europe et ses priorités. Un chapitre est consacré au transport aérien, où « il y lieu de veiller non seulement à la compétitivité européenne mais aussi internationale » . Les deux ministres renouvèlent leur soutien à Bruxelles, qui souhaite négocier un traité aérien unique au niveau européen avec les États du Golfe pour remplacer les multiples accords bilatéraux actuellement en place.

Pour cela, la Commission doit obtenir au préalable un mandat de chacun des Etats membres de l’Union européenne. La France et l’Allemagne ont une position commune, font savoir les deux ministres. Ils réitèrent leur détermination d’adopter « dans les meilleurs délais » ces mandats de négociation, en rappelant qu’il s’agit de conclure un accord « qui serve les intérêts des deux parties » . Ce nouveau traité à négocier devra « d’abord » prévoir « des mesures efficaces permettant d’assurer une concurrence loyale » .

La question des droits de trafic, souvent évoquée par les compagnies du Golfe qui veulent obtenir un plus large accès au marché européen, pourra être discutée, mais « dans un second temps » , avec d’autres règlementations. « Ce n’est qu’ainsi qu’une concurrence équitable peut être garantie permettant à terme d’amorcer une ouverture progressive des marchés » , précisent les deux pays.

En ce qui concerne la stratégie européenne de l’aviation présentée en décembre dernier par la Commission européenne, la France et l’Allemagne plaident en faveur « de mesures de soutien pour le marché en complément des projets de régulation de ce dernier » .

Les deux ministres ne précisent pas davantage cette dernière position. Néanmoins, plusieurs axes de travail ont été définis dans la nouvelle stratégie pour l’aviation de Bruxelles, notamment une croissance neutre en carbone à partir de 2020, la relance du projet d’un Ciel unique européen en matière de contrôle du trafic aérien, le renforcement du dialogue social et des conditions d’emploi dans le secteur de l’aviation, ou encore l’allègement des contrôles de sûreté dans les aéroports, ainsi que leurs coûts. Des mesures sont également proposées pour “libérer tout le potentiel des drones” .

Photo : 3 airbus A380 à l’aéroport de Dubai – Source Emirates 

Laissez un commentaire