Air New Zealand part pour Manille et pose ses conditions pour un retour au Vanuatu

Montague Smith GNU 1.2 - Boeing 767-300ER d' Air New Zealand https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Air_New_Zealand_Boeing_767-300ER_at_Sydney_Airport_Monty.jpg?uselang=fr

Air New Zealand continue son expansion sur la bordure Pacifique avec l’ouverture cet hiver d’une liaison vers Manille, la capitale des Philippines. Par ailleurs, la compagnie néo-zélandaise demande à ce que la piste de l’aéroport Bauerfield du Vanuatu soit réparée de façon pérenne avant d’envisager tout retour.

Air New Zealand compte relier à l’année sa base d’Auckland et Manille à partir de décembre 2016 avec trois fréquences par semaine. Ce vol d’une durée de 10h30 environ sera opéré en Boeing 767-300ER de 230 sièges (24 en classe Affaires et 206 en classe Economie). Le nouveau service reste soumis à l’approbation des autorités. Les horaires ne sont pas encore communiqués. Les réservations ouvriront au milieu de l’année.

La compagnie sera en concurrence avec Philippine Airlines, qui a ouvert une liaison Manille-Auckland en décembre 2015, assurée quatre fois par semaine en Airbus A320 avec une escale intermédiaire à Cairns.

« En tant que seul service sans escale entre la Nouvelle-Zélande et les Philippines, notre vol sera plus rapide et plus pratique pour les voyageurs que l’option indirecte actuelle, et permettra d’économiser jusqu’à deux heures et demie dans chaque sens » , a souligné Christopher Luxon, le directeur exécutif d’Air New Zealand.

Manille deviendra la 32e destination internationale de la compagnie, membre de Star Alliance. Sa stratégie d’expansion sur la bordure Pacifique, au sens large, l’a conduite à ouvrir une ligne vers Ho Chi Minh Ville au Vietnam dès le mois de juin, et à retourner à Osaka à partir de novembre 2016. Elle a inauguré un service vers Buenos Aires le 1er décembre 2015.

Un retour au Vanuatu exclu pour le moment

Par ailleurs, Air New Zealand a suspendu en janvier dernier sa desserte du Vanuatu en raison de l’état de la piste de l’aéroport international Bauerfield à Port Vila, la capitale. Des travaux sont en cours actuellement sur cette plateforme, mais la compagnie n’est pas convaincue.

Le directeur des opérations d’Air New Zealand, Stephen Hunt, estime que ces « réparations provisoires n’auront qu’une durée de vie d’un an et ne fournissent pas assez de garanties sur le plan opérationnel pour assurer un service durable en toute sécurité » .

La compagnie a tenu à « clarifier les circonstances » dans lesquelles elle pourrait reprendre son service entre Auckland et Port Vila. Dans une lettre adressée le 08 avril au directeur de l’Autorité de l’aviation civile du Vanuatu, elle demande « une solution permanente » pour la piste de l’aéroport Bauerfield, avec des travaux réalisés par une « société compétente » pour assurer « une qualité satisfaisante » .

Pour financer ces travaux plus importants que ceux réalisés actuellement, elle encourage le gouvernement du Vanuatu à mettre en place le plan d’aide de la Banque Mondiale.

« Air New Zealand a bon espoir que les travaux nécessaires pour résoudre définitivement les problèmes opérationnels à Bauerfield seront entrepris sans plus tarder, renforçant la perspective d’une reprise des services plus tard cette année » , indique la compagnie dans un communiqué.

A l’heure actuelle, Air Vanuatu, mais aussi Aircalin, Air Niugini, Fiji Airways et Solomon Airlines continuent d’opérer à Port-Vila. Virgin Australia, comme Air New Zealand, a suspendu la destination.

Photo Montague Smith GNU 1.2 – Boeing 767-300ER d’ Air New Zealand

2 commentaires sur “Air New Zealand part pour Manille et pose ses conditions pour un retour au Vanuatu

  1. Bonjour . Juste une petite remarque . Bauerfield est l’aéroport de Port Vila qui est la capitale du Vanuatu . Le pays s’appelle le Vanuatu ! On va AU Vanuatu et non pas A Vanuatu . Cordialement

Laissez un commentaire