L’EASA participera à l’amélioration de la sécurité aérienne en Europe orientale et en Asie centrale

Avion en vol - Source : EASA

L’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) va collaborer avec les autorités de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la République de Moldavie, du Tadjikistan, de l’Ukraine et de l’Ouzbékistan afin de développer de façon pérenne dans ces pays des normes de sécurité aérienne conformes à la réglementation européenne et internationale.

Le plan sera mise en oeuvre dès février 2016 et portera sur une durée de quatre ans, selon un communiqué de l’EASA en date du 07 janvier. Le programme prévoit des actions de formation et de sensibilisation ainsi que des initiatives pour la gestion de la sécurité et de l’administration de l’aviation civile. Il s’agira aussi « d’aborder de manière efficace » les conclusions des audits de sécurité menés dans ces pays par l’OACI ou l’EASA.

L’agence Européenne s’est vue attribuer ce contrat d’une valeur de cinq millions d’euros par la Commission Européenne, dont la sécurité est l’un des enjeux de sa nouvelle stratégie pour l’aviation présentée en décembre 2015.

Ainsi, l’EASA  soutiendra également la mise en œuvre des accords aériens globaux existants, « ouvrant la voie à un espace aérien commun » . Dans cette perspective, elle participera aussi à l’harmonisation des réglementations et des pratiques de travail avec les normes de sécurité internationales.

Créée en 2002 et basée à Cologne avec des bureaux à Bruxelles, Pékin, Washington et Montréal, l’EASA se présente comme un contributeur majeur à l’exportation des normes aéronautiques de l’Union Européenne à travers le monde, afin de promouvoir la libre circulation des personnes, des biens et des services dans le domaine de l’aviation.

Photo EASA

Laissez un commentaire