Brussels Airlines dévoile un plan d’expansion long-courrier

© Brussels Airlines

Brussels Airlines investit dans sa croissance intercontinentale : la filiale belge de Lufthansa prévoit d’ajouter dans les prochains mois deux avions longs-courriers, ce qui lui permettra de lancer une nouvelle route vers Toronto et d’étendre son offre vers l’Afrique et les États-Unis.

Brussels Airlines a dévoilé le 18 décembre un plan d’investissement qualifié « d’ambitieux » visant à positionner « Brussels Airport comme une importante plaque tournante du groupe Lufthansa et de Star Alliance » . Ce projet mené en partenariat avec l’aéroport de Bruxelles « sera créateur d’emplois et synonyme d’une importante croissance du nombre de passagers et du volume de fret » , ajoute la compagnie aérienne. Brussels Airlines cherche notamment à compenser le départ de Jet Airways qui a officialisé cette semaine son départ de l’aéroport de Bruxelles où elle opérait quatre lignes, deux vers l’Inde (Delhi et Bombay) et deux autres vers l’Amérique du Nord (Toronto et Newark).

Expansion vers l’Amérique du Nord

Brussels Airlines annonce qu’elle mettra en service l’été prochain un neuvième Airbus A330. Cet avion long-courrier supplémentaire lui permettra de connecter dès le mois d’avril, cinq fois par semaine, son hub de Bruxelles à l’aéroport de Toronto Pearson, où Air Canada, sa partenaire au sein de Star Alliance, propose des correspondances vers l’Amérique du Nord. La vente des vols pour Toronto débutera la semaine prochaine. Ils seront opérés en partage de codes avec la compagnie canadienne.

En outre, United augmente dès l’année prochaine son offre de vols vers Newark de un à deux vols par jour. Brussels Airlines apposera son code sur ces vols supplémentaires.

« United, Air Canada et Brussels Airlines réunissent leurs forces pourcompenser le départ de Jet Airways en augmentant leur offre sur le marché transatlantique et proposer en conséquence plus de choix à leurs clients » , explique la compagnie belge. En parallèle, celle-ci va dès le mois d’avril ajouter un sixième vol hebdomadaire vers Washington DC.

Les trois partenaires, reliés par un Joint Venture sur le transatlantique, proposent ainsi en 2016 six destinations transatlantiques au départ de Brussels Airport.

L’Afrique et l’Inde

En parallèle, Brussels Airlines continue également sa croissance sur le réseau africain. A l’été 2016, le nombre de vols à destination de Kigali (Rwanda) sera porté à 6 vols par semaine, ceux vers Entebbe (Ouganda) seront assurés à raison de quatre rotations hebdomadaires.

Dans les 12 à 15 prochains mois un dixième Airbus A330 rejoindra la flotte pour accroître l’offre en Afrique de l’Ouest. Brussels Airlines étudie actuellement des liaisons vers Lagos et Libreville et indique qu’elle livrera plus d’informations à ce sujet ultérieurement.

La compagnie est également en train d’analyser avec Air India, sa partenaire au sein de Star Alliance, la possibilité d’ouvrir une liaison vers Mumbai.

Impact sur l’économie et l’emploi

Selon Brussels Airlines cette expansion va créer environ 140 emplois au niveau du personnel navigant (pilotes et personnel de cabine), auxquels s’ajoutent des emplois supplémentaires à l’aéroport de Bruxelles (au niveau de l’enregistrement, de la maintenance et des fournisseurs externes de services).

« Lorsqu’une compagnie aérienne belge investit dans un avion supplémentaire, elle crée quatre fois plus d’emplois que quand une compagnie aérienne étrangère ouvre une nouvelle ligne vers notre pays » , explique Bernard Gustin, directeur général de Brussels Airlines. « L’expansion est également un développement important pour l’activité de fret de l’aéroport (Brucargo) car elle va créer de nouveaux flux de fret et de livraisons express. Avec nos nouveaux vols nous contribuons par ailleurs au renforcement des relations commerciales de la Belgique ; des vols directs stimulent l’économie et conduisent à une croissance du tourisme » , ajoute-t-il.

Ce plan d’expansion long-courrier est mené en partenariat avec l’aéroport de Bruxelles qui vient d’annoncer une baisse de ses redevances pour l’année 2016. « La poursuite du développement du hub Star Alliance renforce notre position concurrentielle en garantissant une large connectivité pour la Belgique, la création d’emplois et de la valeur ajoutée pour notre économie » , déclare Arnaud Feist, le directeur général de Brussels Airport.

Photo source Brussels Airlines

Laissez un commentaire