Attaques à Paris : les contrôleurs aériens suspendent leur préavis de grève

Tour de contrôle aérien à l'Aéroport Paris Charles de Gaulle - CC Greenboost

Au lendemain des attaques meurtrières qui ont ensanglanté la capitale, le premier syndicat des contrôleurs aériens a fait savoir qu’il annulait la grève prévue à partir de mardi prochain.

« Face à l’atrocité du drame qui vient de frapper Paris et sa région, le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, suspend son préavis de grève du 17 novembre et des journées ultérieures » , fait savoir samedi cette organisation dans un communiqué.

Le SNCTA avait appelé l’ensemble des contrôleurs aériens exerçant en France métropolitaine et outremer à cesser le travail chaque jour, sur une période de trois heures, à partir du 17 novembre 2015 à l’exception des samedis, dimanches et jours fériés, ceci jusqu’à nouvel avis.

Il demandait l’ouverture de négociations avec la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour aboutir d’ici à la fin 2015 à des accords sur les salaires, les départs en retraite, le recrutement ou l’organisation du travail.

Selon le SNCTA, des demandes avaient été faites auprès de l’administration pour aborder ces sujets, mais « aucune action concrète n’a été entreprise à ce jour » , notait-il le 12 novembre dans une lettre adressée au secrétaire d’Etat en charge des Transports pour l’informer du préavis de grève.

Le même syndicat avait reporté de quinze jours un mouvement social au printemps dernier, après le crash du vol 4U 9525 de Germanwings intervenu le 24 mars 2015.

Selon un premier bilan, les attaques en série qui ont frappé Paris et Saint Denis ont fait au moins 127 morts et des centaines de blessés. L’état d’urgence et le rétablissement des contrôles aux frontières ont été décrétés par le Président de la République François Hollande. Malgré ces circonstances exceptionnelles et dramatiques, les compagnies aériennes maintiennent pour l’instant leur programme de vols depuis ou vers la France pour ce samedi et les jours à venir.

Laissez un commentaire