Delta suspend Dubai en dénonçant les compagnies du Golfe

Boeing 777-200 LR de Delta - cc wikimedia / Aero Icarus

Delta Air Lines suspendra en février prochain son service vers Dubai, citant les surcapacités déployées par ses concurrentes moyen-orientales, accusées d’être détenues par leur gouvernement et « fortement subventionnées » .

La décision de Delta sera effective au 11 février 2016. Les vols DL8 et DL7 reliant les aéroports d’Atlanta Hartsfied Jackson et Dubai International seront alors interrompus. La compagnie a déjà réduit le 1er octobre dernier les fréquences de cette ligne, la seule qu’elle opère vers le Golfe.  Ouverte en mai 2007 avec cinq rotations par semaine initialement, elle est devenue quotidienne l’année suivante.

Sur cette route d’une durée de plus de seize heures, Delta utilise un Boeing 777-200LR. L’appareil « sera redéployé vers d’autres marchés transatlantiques, où il peut rivaliser à niveau égal et non faussé par les compagnies subventionnées appartenant à leur Etat » , dit Delta dans un communiqué le 28 octobre.

La partenaire d’Air France-KLM explique qu’entre 2008 et 2014, l’offre en sièges disponibles chaque jour entre les Etats-Unis et les trois principaux hubs du Moyen-Orient, Dubaï, Doha et Abu Dhabi, a été augmentée de 11.000 sièges – et ce à 95% par les compagnies du Golfe. Sur les 14 vols quotidiens entre les Etats-Unis et Dubaï en particulier, deux seulement sont exploités par des transporteurs américains. Delta ajoute que le nombre des passagers qui ont pour destination finale le Golfe est resté à un niveau identique, malgré une augmentation globale du nombre de passagers (qui poursuivent donc leur voyage vers d’autres destinations, en Asie, en Océanie ou en Afrique, en correspondance sur les hubs du moyen-orient).

Rappelons que Delta s’est associée avec American Airlines et United Airlines au travers de l’association « Partnership for Open & Fair Skies » (partenariat pour des cieux ouverts et non faussés), demandant au gouvernement des Etats-Unis qu’il entame des consultations avec les Emirats Arabes Unis et le Qatar. Les trois compagnies américaines reprochent à ces Etats d’avoir alloué directement ou indirectement à leurs propres transporteurs des subventions d’un montant de 42 milliards de dollars. En août dernier, Partnership for Open & Fair Skies a remis au gouvernement américain un dossier de 400 pages détaillant ces prétendues subventions et leurs conséquences sur les compagnies aériennes américaines. Ces dernières ne sont d’ailleurs pas toutes unies dans ce combat, certaines, comme JetBlue, y trouvant leur compte et plaidant pour un statu-quo sur les accords de Ciel Ouvert actuellement en vigueur. L’administration américaine n’a pas encore pris de décision.

Emirates effectue entre Dubai et Atlanta uniquement des vols cargo, mais dessert neuf destinations aux Etats-Unis (Boston, Chicago, Dallas Fort Worth, Houston, Los Angeles, New York JFK, San Francisco, Seattle et Washington). De leur côté, Etihad Airways et Qatar Airways assurent huit lignes chacune vers les Etats-Unis, mais aucune vers Atlanta aujourd’hui. Cependant, à compter du 1er juin 2016, Qatar Airways ouvrira une liaison Doha-Atlanta. Etihad de son côté déploiera à compter du 23 novembre 2015 un Airbus A380 entre Abu Dhabi et New York.

Crédit photo : Boeing 777-200 LR de Delta – cc wikimedia / Aero Icarus

Laissez un commentaire