Air France prête à négocier « jour et nuit » pour Perform 2020 et toujours appréciée des Français

Airbus A380 d' Air France - © Air France

Après les propositions faites aux représentants des salariés la semaine dernière, Air France reste déterminée en vue d’obtenir avant le 30 septembre un accord sur le plan stratégique Perform 2020. Les aléas sociaux et financiers de la compagnie ces derniers temps ne perturbent pas trop les Français, qui continuent de l’apprécier selon un sondage paru dimanche.

« Nous sommes prêts à négocier jour et nuit sur Perform pour trouver des accords d’ici à mercredi » , déclare Frédéric Gagey, le PDG d’Air France, lors d’une interview avec le Journal du Dimanche.

Le dirigeant réitère dans l’hebdomadaire les propositions faites aux représentants du personnel lors du dernier Comité central d’entreprise du 24 septembre. La signature des accords de compétitivité, qui prévoient un allongement de la durée du travail pour les navigants d’environ 100 cent heures par an à salaire égal, apporterait « la perspective d’embauches de pilotes à horizon 2017-2018 si les efforts portent leurs fruits » . En outre, ces accords s’accompagneraient d’une clause de retour à bonne fortune, prévoyant de reverser fin 2017 aux 64.000 employés 100 millions d’euros (soit environ 1.500 euros chacun) « si les résultats sont au rendez-vous ».

Lorsque le Journal du Dimanche lui demande s’il sera toujours question avec les nouveaux accords de fermer les lignes déficitaires, et par voie de conséquence supprimer des emplois, la réponse se fait plus évasive. « Les efforts que nous prévoyons doivent nous permettre de passer d’une ligne long-courrier sur deux déficitaire aujourd’hui à 80 % de lignes bénéficiaires. Cela nécessite de faire bouger les lignes, mais nous pouvons y arriver » , se contente d’indiquer le PDG d’Air France, sans répondre clairement oui ou non. Face à la concurrence, il faut, dit-il, « une grande rigueur de gestion et une adaptation permanente » .

En revanche, aucune doute n’est permis dans l’éventualité où ces accords ne seraient pas signés le 30 septembre : Air France « n’aura pas d’autre choix que d’améliorer (sa) productivité ou de réduire (ses) ambitions, ce qui serait un choix collectif extrêmement regrettable » , souligne le dirigeant. « Nous préférons trouver des solutions en interne, dans le dialogue ­social, pour baisser nos coûts. C’est la condition pour aller chercher de la croissance et pouvoir ensuite en redistribuer les fruits » .

Interrogé sur le climat dans l’entreprise avant l’échéance du 30 septembre, le PDG d’Air France indique que « beaucoup attendent de voir ce qui se passe du côté des pilotes… » . Le SNPL, majoritaire parmi cette profession (à 65%), n’a pas réagi publiquement après les propositions de la direction lors du du dernier CCE.

Air France toujours appréciée

Des pilotes d’Air France justement, il était question dans un sondage du Parisien réalisé par l’institut Odoxia. Après la grève de deux semaines l’année dernière, 89% des sondés reconnaissent « qu’ils ont de lourdes responsabilités » , mais 64% estiment « qu’ils se plaignent trop » . Pour 71%, « ce sont des privilégiés » .

Les Français sont partagés sur l’évolution de l’image d’Air France au cours des dernières années : 45% disent qu’elle n’a pas changé, 43% qu’elle s’est détériorée, et 11% qu’elle s’est plutôt améliorée.

Malgré les aléas, la compagnie reste appréciée. 73% des sondés en ont une bonne opinion, même si les inconditionnels ne sont pas nombreux, avec seulement 5% qui en ont une très bonne opinion, précise le Parisien. Les récents efforts et la montée en gamme des produits sont salués : 75% estiment qu’elle « propose des services de qualité » . Les sondés sont cependant moins nombreux à la trouver performante à l’international (69%), et encore moins nombreux à la trouver prestigieuse (63%) ou dynamique (59%).

Surtout, 82% estiment que les tarifs qu’elle pratique sont excessifs, contre 17% qui les jugent raisonnables. Mais en ces temps difficiles pour Air France et ses employés, un chiffre est réconfortant : 88% pensent qu’il est nécessaire de conserver une compagnie française.

Crédit photo : Airbus A380 d’ Air France – © Air France

Laissez un commentaire