Aerolineas Argentinas : une nationalisation réussie ?

Airbus A330-200 d' Aerolineas Argentinas - © Airbus

Aerolineas Argentinas a célébré le 3 septembre le septième anniversaire de sa nationalisation. L’occasion pour la compagnie nationale de l’Argentine de faire le bilan de la gestion publique, qu’elle présente sous un jour flatteur : sont mis en avant le doublement du trafic passagers, le renouvellement de la flotte, les investissements dans les infrastructures et la formation des pilotes, la stratégie d’alliances et la multiplication des liaisons point à point. L’aspect financier n’est pas évoqué.

« De nombreuses réalisations peuvent être mises en évidence après sept années de gestion publique » , indique Aerolineas Argentinas dans un long communiqué intitulé « les chiffres ne mentent pas » .

La compagnie souligne qu’en sept ans, le nombre des fréquences a doublé, augmentant de 102% entre 2008 et 2015. De la même manière, le nombre de passagers transportés a également été multiplié par deux, pour atteindre 10 millions de passagers en 2014.

La flotte a été rénovée. Elle est devenue selon elle « homogène » , composée de 75 appareils au total (des Embraer 190, Boeing 737, Airbus A330 / A340), et « l’une des plus modernes d’Amérique Latine » (9,9 ans selon la base de données Airfleets, ndlr).

Grâce à des investissements, les pilotes peuvent de nouveau se former en Argentine (ils devaient se rendre à l’étranger auparavant),  grâce à l’ouverture en 2013 près de Buenos Aires du Centro de Formación y Entrenamiento de Pilotos de la República Argentina (CEFEPRA). Le centre est équipé de simulateurs dernier-cri et attire aussi des pilotes « d’autres compagnies aériennes de la région » , indique Aerolineas Argentinas.

La compagnie a également investi dans les infrastructures. Elle est en train de construire « le plus grand hangar d’Amérique Latine » , qui aura la capacité avec une superficie de 13.500 m2 et une hauteur de 25 mètres, d’accueillir trois Boeing 737 et cinq Embraer 190 – « une installation essentielle pour un entretien plus efficace de notre flotte qui continue de croître » dit Aerolineas Argentinas . Un autre hangar à été construit à l’aéroport Aeroparque pour la maintenance des 22 Embraer de la filiale régionale Austral. Les ateliers existants ont été rénovés, permettant à la compagnie aérienne d’effectuer elle-même plusieurs opérations de maintenance (comme le remplacement des trains d’atterrissage et d’autres éléments des avions, ou la rénovation des cabines et du système de divertissement en vol des Airbus A340).

Aerolineas Argentinas souligne aussi qu’elle participe depuis 2012 à l’alliance SkyTeam, dont elle est devenue « la partenaire stratégique en Amérique Latine » . En outre, après 10 ans d’exclusion, elle a rejoint à nouveau l’IATA en 2011, récupérant ainsi « une pleine participation sur le marché international » .

Par ailleurs, la compagnie indique qu’en sept ans, elle a « changé la façon de voyager des Argentins » , en desservant toutes les provinces, avec 36 destinations au total dans le pays, et 23 routes inter-régionales point-à-point qui évitent de passer par Buenos Aires.

En revanche, Aerolineas Argentinas ne dit mot de son bilan financier. Elle est cependant déficitaire, ayant annoncé à la fin 2014 qu’elle restait subventionnée pour un montant représentant 0,2% du budget de l’Etat argentin – contre 0,73% en 2009, première année pleine de sa nationalisation. Elle avait été privatisée en 1990.

Les subventions de l’Etat argentin pour le secteur du transport et de l’énergie représentaient au total 4,4% du PIB en 2014, selon la Direction générale du Trésor français – un point qui fait débat en Argentine alors que les comptes publics restent largement déficitaires. Le pays ne peut en outre recourir à des prêts bancaires internationaux depuis 2002. Une élection présidentielle est prévue en octobre 2015.

Crédit photo : Airbus A330-200 d’ Aerolineas Argentinas – © Airbus

Laissez un commentaire