Pénurie de carburant au Congo : ECAir annule des vols

Boeing 757 d'ECAir - © ECAir /APO

La compagnie porte-drapeau de la République du Congo, Equatorial Congo Airlines (ECAir) retarde et annule plusieurs vols depuis samedi, citant une pénurie de carburant dans les aéroports de Brazzaville et Pointe Noire.

Le transporteur basé à l’aéroport Maya Maya de Brazzaville a indiqué le dimanche 23 août que « suite à des problèmes de fuel dans les aéroports de Brazzaville et Pointe-Noire, les vols ECAir ont été retardés ou annulés ce dimanche. Cette situation pourrait perdurer ce lundi 24 août. Les vols intercontinentaux entre Brazzaville et Paris, Paris et Brazzaville et Beyrouth-Brazzaville sont maintenus ainsi que les vols à destination de Dakar via Bamako (départ 14h) et Cotonou via Douala (départ 15h40). Nous vous présentons nos plus sincères excuses compte tenu de cette situation indépendante de notre volonté » .

La veille, ECAir a déjà annulé tous ses vols régionaux et domestiques. Seuls ont été opérés les vol LC21 à destination de Beyrouth au Liban et LC61 vers Dubai aux Emirats Arabes Unis, avec un itinéraire modifié, incluant une escale technique à Douala au lieu d’être directs.

De son côté, la compagnie aérienne Trans Air Congo (TAC) a maintenu ses vols entre Brazzaville et Pointe Noire, selon les médias congolais.

Air France, qui opère quatre rotations par semaine entre Paris Charles de Gaulle et Brazzaville en Airbus A330-200, a également maintenu ses vols entre les deux villes, selon les données du site Flightradar24.

Une autre compagnie aérienne africaine a déjà été touchée par une pénurie de carburant dans son pays cette année : Arik Air du Nigeria a également annulé ou retardé plusieurs vols au départ de Lagos en mai dernier pour cette raison. Elle a dû envoyer ses avions dans les aéroports de Cotonou, Accra et Kano pour qu’ils s’approvisionnent préalablement aux vols, ce qui a entraîné des retards, voire des annulations quand elle n’a pas pu pas obtenir la quantité nécessaire.

Rappelons qu’ECAir a été lancée en 2011. elle a transporté près d’un million de passagers depuis cette année-là et assure aujourd’hui jusqu’à 138 vols hebdomadaires avec une flotte composée d’appareils loués auprès de la compagnie Suisse PrivatAir, soit 3 Boeing 737-300/700, 2 Boeing 757-200 et 1 Boeing 767-300.

Elle mène actuellement une stratégie d’expansion, avec l’ouverture prévue prochainement d’Abidjan, Yaoundé, Bangui et N’Djaména, après avoir inauguré en 2015 des services vers Libreville, Bamako, Dakar et Beyrouth.

Sa directrice générale, Fatima Beyina-Moussa, a déclaré le 19 août lors d’une rencontre à Addis-Abeba en Ethiopie avec la Présidente de la Commission de l’Union africaine, le Dr. Nkosazana Dlamini Zuma, que « les taxes, charges et frais aéroportuaires excessifs, en plus du déficit infrastructurel et le coût élevé du carburant sont des défis majeurs auxquels les compagnies (africaines) font face » , selon un communiqué. La dirigeante a également plaidé pour une libéralisation plus rapide du ciel africain.

Photo : Boeing 757 d’ECAir – © ECAir /APO

Laissez un commentaire