Air Madagascar rassure après un incident sur un vol vers La Réunion

Boeing 737-300 d'Air Madagascar à l'aéroport d' Antananarivo Ivato en 2009 - CC wikimedia / VisitingMadagascar

Air Madagascar a tenu à rassurer ses clients mercredi après un incident intervenu quelques jours plus tôt lors d’un vol entre Antananarivo et Saint Denis de La Réunion, qui a fait l’objet d’un témoignage alarmant largement rapporté dans les médias locaux.

Le Boeing 737 assurant le vol MD 194 d’Air Madagascar qui devait relier Antananarivo à La Réunion le 6 août « aurait pu exploser en plein vol si le pilote n’avait pas réagi à temps en prenant la décision de revenir sur Antananarivo » , écrit l’un des 130 passagers du vol qui a souhaité garder l’anonymat dans un témoignage publié par un journal malgache et plusieurs médias réunionnais.

Air Madagascar a réagi le 12 août, et souhaité apporter « les explications nécessaires pour éclaircir la situation » .

« Malgré la défaillance technique sur l’une des cinq pompes hydrauliques de l’avion, la sécurité n’a été mise en jeu à aucun moment. Le pilote de l’appareil a respecté à la lettre la procédure technique décrite dans la check-list de sécurité de l’avionneur Boeing. Son choix de retourner à Ivato a été dicté par ces impératifs sécuritaires, un élément central pour Air Madagascar et pour le transport aérien en général » , indique le communiqué de la compagnie aérienne, qui souligne aussi « le sang-froid et la maîtrise » affichés par ses pilotes.

Air Madagascar ajoute « qu’il n’y avait eu aucun risque d’incendie sur le moteur comme il a pu être relayé. Le déploiement des services de pompiers le long de la piste est un dispositif de précaution tout à fait normal tant pour le décollage que pour l’atterrissage. Mais suite à la panne technique qu’a subie l’appareil, cette assistance a été renforcée » .

Quant aux inquiétudes des voyageurs, la compagnie aérienne explique qu’en vol, « les passagers sont en situation d’hypoxie (manque d’oxygène), ce qui est dû à l’environnement confiné d’un avion. Ainsi, la perception de la moindre situation stressante est décuplée par l’organisme. Les passagers sont donc plus vulnérables aux facteurs externes » .

Air Madagascar indique aussi que des recherches concernant la panne ont été effectuées, « en collaboration étroite avec l’avionneur Boeing » , apparemment de façon concluante, puisque le Boeing 737 est « de nouveau opérationnel depuis le lundi 10 août » , ce qui permet au programme de vols de reprendre son cours normal.

« Malgré les turbulences traversées, Air Madagascar est constamment prête à affronter les défis et à aller de l’avant grâce au soutien sans faille de son Conseil d’Administration » , conclut la compagnie aérienne, après la grève de quarante jours de ses personnels qui a cloué sa flotte au sol et provoqué un remaniement de son équipe dirigeante.

Par ailleurs, l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne (AESA) a avancé au 15 août une inspection du service maintenance d’Air Madgascar, soit un mois plus tôt que prévu.

Photo : Boeing 737-300 d’Air Madagascar à l’aéroport d’ Antananarivo Ivato en 2009 – CC wikimedia / VisitingMadagascar

Laissez un commentaire