Les aéroports européens plaident pour un libre accès des compagnies du Golfe

Scène à l' aéroport de Londres Heathrow - © Heathrow Airport

Réunis à Prague pour leur 25e Assemblée générale annuelle, les aéroports européens membres d’ACI Europe, qui représente 90% du trafic commercial dans la région, ont pris position sur le débat qui opposent certaines compagnies aériennes européennes et leurs rivales du Golfe. Ils refusent toute mesure protectionniste et plaident en faveur d’une politique de libre accès au marché européen.

L’exercice était délicat pour les aéroports européens, tiraillés entre des perspectives de croissance avec les compagnies du Golfe et des liens historiques avec les compagnies européennes.

Celles-ci « sont nos partenaires de longue date » , a rappelé le 25 juin le Président d’ACI Europe (et de Brussels Airport), Arnaud Feist, devant 350 délégués et la commissaire européenne Violeta Bulc. Un libre accès au marché européen et une concurrence loyale « vont de pair » , a-t-il souligné.

Mais en se référant à la position d’Air France-KLM ou Lufthansa qui attaquent leurs concurrents du Golfe, Arnaud Feist a ajouté : « Pour beaucoup d’entre nous, le destin (des transporteurs européens) est aussi le nôtre. Ceux-ci ont raison de dire que l’expansion des compagnies et des aéroports du Golfe est un défi majeur pour l’aviation européenne. Mais les questions qu’ils soulèvent et les remèdes qu’ils proposent ne sont pas les bons » .

Ce qui doit être considéré, « ce n’est pas tellement la manière dont les États du Golfe sont en train de développer leur secteur de l’aviation » , qui est un « choix politique légitime » de ces gouvernements, selon ce Président. Pas question non plus pour lui d’envisager « la fermeture » du marché Européen. Il s’agit plutôt d’examiner « la façon dont l’Europe ne soutient pas son propre secteur de l’aviation » , avant d’ajouter : « soyons honnêtes, nous devons nous pencher sur la façon dont nous tous, en tant que représentants de cette industrie européenne – compagnies aériennes, aéroports et fournisseurs de services – devons continuer à travailler sur l’amélioration de nos propres positions concurrentielles » .

Selon ACI Europe, la question clé pour l’aviation européenne est un changement de politique.  L’organisation appelle à une nouvelle stratégie pour l’aviation en Europe afin de favoriser la connectivité avec plusieurs mesures envisagées.

De concert avec les organisations nationales du tourisme, ACI Europe plaide pour une extension des accords de Ciel Ouvert (à l’image de celui en place avec les Etats-Unis depuis 2006) à des pays comme ceux de l’ASEAN en Asie, du Golfe au Moyen-Orient, ou encore à l’Inde et à la Turquie.

Selon l’association, l’aviation commerciale contribue à hauteur de 4,1% du PNB européen et soutient 12 millions d’emplois en Europe. « Avec les changements en cours dans l’économie mondiale en faveur des marchés émergents, rester reliée et ouverte au monde pour les affaires est un impératif absolu pour l’Europe. Voilà pourquoi la politique de Ciel Ouvert devrait être une évidence. Sa logique est implacable : les consommateurs l’adorent, et l’économie aussi » , a déclaré le Président d’ACI Europe.

L’organisation souhaite aussi des politiques de visa plus libérales et plus favorables au tourisme, une réponse appropriée au déficit de capacités aéroportuaires qui s’annonce, l’abolition de plusieurs taxes pour l’aviation, la réduction des coûts liés aux contraintes réglementaires en matière de sécurité et de sureté, mais aussi des avancés sur la mise en œuvre du ciel unique européen pour le contrôle aérien.

ACI Europe, qui réunit 450 aéroports dans 44 pays d’Europe, se dit désireux de travailler avec la Commission Européenne sur ces questions dans le cadre du « paquet aviation » en cours de préparation.

Photo : Scène à l’ aéroport de Londres Heathrow – © Heathrow Airport

Laissez un commentaire