EasyJet ferme sa base à Rome Fiumicino et se redéploie en Italie

250e Airbus d'easyjet (A320-200) - © easyJet

La low-cost britannique easyJet revoit sa stratégie italienne : annonçant une expansion de ses opérations en Italie, elle va fermer dès avril 2016 sa base de Rome Fiumicino, dont les avions et les équipages serviront à renforcer les bases de Milan Malpensa et de Naples, et à ouvrir une nouvelle base à Venise.

Dans son communiqué, la low-cost explique que ses activités à Rome Fiumicino délivrent des rendements plus faibles que ses autres bases. La dégradation des performances qu’elle a constatée a été alimentée par des redevances passagers élevées qui ont plus que doublé depuis 2012, et elles seront de surcroit augmentées dans les années à venir. En outre, l’aéroport offre une expérience passagers qui, manifestement, ne satisfait pas la compagnie : celle-ci note des faibles niveaux de ponctualité et de satisfaction de la clientèle, exacerbés par les récentes augmentations de capacité.

En conséquence, easyJet cessera de baser des équipages et des avions à Rome Fiumicino à partir d’Avril 2016. Cette fermeture s’effectuera sans suppression de postes. Les salariés se verront proposer des affectations dans les autres bases italiennes ainsi que des aides à leur nouvelle installation.

Malgré la fermeture de sa base, easyJet compte encore transporter deux millions de passagers en année pleine au départ et à destination de Rome Fiumicino, grâce aux vols réalisés à partir d’autres points de son réseau.

Quatre avions seront redéployés vers l’aéroport Marco Polo de Venise, qui deviendra une nouvelle base pour easyJet. Elle vole vers cette plateforme depuis 1998 au départ de 15 aéroports en Europe (dont Amsterdam et Paris Charles de Gaulle). La low-cost dit enregistrer à Venise une croissance de 15% par an en moyenne sur les cinq dernières années, avec 1,6 millions de passagers transportés en 2014.

Deuxième plus grande base de la low-cost (après Londres Gatwick) avec 18 appareils basés actuellement, l’aéroport de Milan Malpensa recevra pour sa part trois avions. « Cela permettra de renforcer la position d’easyJet en tant que premier opérateur à Milan Malpensa » , souligne la compagnie qui précise que la région de Milan comprend environ 9 millions d’habitants, avec le PIB le plus élevé du pays.

Un autre avion sera basé également dès avril 2016 dans la nouvelle base de Naples, ouverte en avril 2014, et portera à deux le nombre d’aéronefs qui y seront alors stationnés.

« L’Italie est un pays stratégique pour easyJet et nos plans pour 2016 annoncés aujourd’hui nous permettront d’étendre notre présence à Milan, Naples et Venise, où il y a davantage de possibilités de croissance durable et rentable sur le long terme, mais nous continuerons à relier Rome Fiumicino avec l’Europe d’une manière qui reflète mieux la demande des passagers » , a déclaré Carolyn McCall, la dirigeante d’easyJet. « A une époque où il existe des possibilités de croissance rentable importantes pour easyJet à travers l’Europe, nous continuons à investir de façon très importante en Italie » , a-t-elle ajouté.

Au total, easyJet basera 29 avions en Italie l’année prochaine, employant plus de 1.000 salariés, y compris les personnels navigants.

En outre, easyJet ouvrira dès février 2016 une base à Barcelone, le hub de Vueling, avec trois avions. Elle dessert aujourd’hui l’aéroport depuis 14 villes d’Europe et y transporte trois millions de passagers par an.

> Plus d’actualités sur easyJet

Photo : 250e Airbus d’easyjet (A320-200) – © easyJet

Laissez un commentaire