La grève des contrôleurs aériens du 16 au 18 avril 2015 n’aura pas lieu

Les contrôleurs aériens Français appelés à 5 jours de grève du 27 au 31 janvier 2014 - CC Airborne06/wikimedia

Les contrôleurs aériens ne feront finalement pas grève de jeudi à samedi prochains : leur principal syndicat, qui avait déposé un préavis, l’a retiré lundi. Cependant, le mouvement social prévu pour la période du 29 avril au 02 mai 2015 est maintenu, sur fond de bisbille syndicale.

Le Syndicat National des Contrôleurs du Trafic Aérien (SNCTA) a indiqué le 13 avril, qu’il « a décidé de lever son préavis du 16 au 18 avril » , au vu « des engagements pris ce jour par la direction et les pouvoirs publics » .

A l’issue d’une réunion lundi avec la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) dont dépendent les 3.800 contrôleurs aériens français, le syndicat, majoritaire avec près de 50 % des voix lors des dernières élections professionnelles, dit avoir obtenu satisfaction sur la façon dont seront menées les négociations, avec trois niveaux de discussions : un premier pour les sujets généraux, un niveau intermédiaire pour ceux concernant uniquement les Services de la Navigation Aérienne (DSNA) et le dernier pour ceux concernant uniquement les contrôleurs aériens, comme la validation des aptitudes professionnelles.

Toutefois, le préavis de grève pour la période du 29 avril au 2 mai 2015 est maintenu à ce stade. « Il faut que nous ayons l’assurance que les engagements pris aujourd’hui sont fermes et définitifs. Cela demande quelques jours » , a indiqué le SNCTA : celui-ci redoute que la CGT et FO, qui ont quitté la table des négociations en pleine séance hier, fassent pression pour obtenir que les négociations soient menées à l’échelon des 12.000 agents de la DGAC où ces deux syndicats sont plus représentatifs.

Les deux premières journées de grève, les 08 et 09 avril 2015, avaient entraîné de fortes perturbations dans le ciel français, avec l’annulation d’environ 2.000 vols en Europe, dont 1.300 pour les compagnies aériennes françaises, selon la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande (FNAM), qui a estimé l’impact du mouvement social à 20 millions d’euros pour ses membres.

De son coté, le SNCTA proteste contre le passage à la retraite de 57 à 59 ans pour les contrôleurs aériens, la « surréglementation Européenne » qui impose « des contraintes lourdes sur ce qui constitue le permis de travail des contrôleurs aériens » , et le risque de « surcharge de l’espace aérien » .

Crédit photo : cc Airborne06/wikimedia

…….

Laissez un commentaire