Airbus Group dit « oui, mais » à l’A380neo

Demonstration de l'A380 au salon de Farnborough 2014 - © Airbus

Demonstration de l’A380 au salon de Farnborough 2014 – © Airbus

Airbus Group, qui chapeaute la division aéronautique de l’avionneur Airbus, a indiqué aujourd’hui les conditions dans lesquelles il pourrait lancer une version remotorisée de l’A380. Une sorte de « oui, mais » à une évolution du programme qui parvient cette année à son point de rentabilité.

 

S’exprimant sur une possible remotorisation du super Jumbo lors de la présentation des résultats annuels d’Airbus Group, le PDG Tom Enders a déclaré ce 27 février 2015 : « nous le ferons (l’A380neo) si cela fait sens sur le plan économique, sinon nous continuerons à améliorer l’appareil » .

Le grand patron du groupe se montre ainsi un peu plus réservé que le Président de la branche aéronautique, Fabrice Brégier, qui avait déclaré le 11 Décembre 2014 : « Un jour, nous lancerons l’A380neo, et un jour, nous lancerons un A380 allongé » . Il est vrai qu’il s’agissait à l’époque de mettre fin aux spéculations sur un éventuel arrêt du programme A380, dont l’éventualité avait été envisagée la veille par…le directeur financier d’Airbus Group.

Il n’est plus question de cela aujourd’hui. Le programme A380 atteint enfin son point de rentabilité cette année, 7 ans après la mise en service commercial du premier exemplaire. « 2015 est une année cruciale pour l’A380 : le programme devient rentable après 15 ans d’investissements » , a également déclaré ce 27 février Tom Enders, précisant toutefois que cette rentabilité serait atteinte en termes de coût unitaire et non pour la globalité du programme.

La perspective d’un A380neo reste donc hypothétique, comme le succès commercial qu’il pourrait rencontrer alors que la version actuelle peine à se vendre. Aucun contrat pour de nouveaux exemplaires n’a en effet été signé depuis Février 2014.

En fait, la remotorisation de l’A380 est aujourd’hui plébiscitée par une seule compagnie aérienne : Emirates, qui s’est dite prête à signer un contrat pour 100 A380neo si Airbus se décidait à lancer cette version modernisée.

Qatar Airways, qui a pris livraison de son premier A380 en Septembre 2014 sur dix commandés, souhaite attendre un an d’exploitation avant de se prononcer sur d’éventuels exemplaires supplémentaires.

La compagnie de lancement de l’A380, Singapore Airlines, deuxième opérateur mondial de l’appareil avec 19 exemplaires en service, est restée quant à elle muette sur ses intentions de renouveler sa flotte de super Jumbos.

Airbus, qui a enregistré au 31 Janvier 2015 un total de 317 commandes fermes pour l’A380 dont 165 restaient à livrer, dispose encore devant lui de plus de cinq années de production à la cadence actuelle de 30 appareils par an.

Précisons que selon Airbus, l’A380neo ne consisterait pas seulement en une remotorisation de l’actuelle version. « Si nous faisons un jour l’A380neo, il ne s’agira pas que d’un [nouveau] moteur. Il y aura peut-être des sharklets sur l’appareil. Peut être des modifications aérodynamiques aussi. Mais nous ne ferons pas un A380neo si la réduction en termes de consommation de carburant n’est pas d’au moins 10%. Et cela ne viendra pas seulement des moteurs, mais aussi d’autres améliorations indispensables » , avait déclaré John Leahy, le numéro 2 d’Airbus, lors de la conférence de presse annuelle de l’avionneur le 13 Janvier dernier.

> Plus d’actualités sur l’Airbus A380

…….

Laissez un commentaire