La low-cost Norwegian plonge dans le rouge en 2014

Boeing 737-800 © Norwegian

Boeing 737-800 © Norwegian

Après sept exercices bénéficiaires, la low-cost Norwegian Air Shuttle plonge dans le rouge en 2014. Pourtant, son trafic passagers, son chiffre d’affaires et son coefficient de remplissage sont en augmentation. La compagnie cite des difficultés opérationnelles sur le long-courrier ainsi que des effets négatifs de taux de change et de couverture carburant pour expliquer ce retournement de tendance.

 

Norwegian a publié pour son exercice 2014 une perte de 1,05 milliard de couronnes norvégiennes (121 millions d’euros), contre un bénéfice de 322 millions de couronnes norvégiennes (37 millions d’euros) en 2013. Ce résultat est enregistré avec un chiffre d’affaire qui a bondi de 25% en un an, à 19,5 milliards de couronnes norvégiennes (2,2 milliards d’euros). Le nombre de passagers transportés a progressé de 16% à 24 millions en 2014, et les capacités, mesurées en SKO, sont en hausse de 35%. Le coefficient d’occupation gagne 3 points à 81%.

Le résultat déficitaire est principalement lié aux fluctuations des taux de change et à la couverture carburant pour 2015, explique la compagnie, avec des effets négatifs de 690 millions de couronnes norvégiennes (79 millions d’euros) pour la totalité de l’exercice.

En outre, les retards enregistrés sur ses vols long-courriers en 2014 ont induit une perte de 265 millions de couronnes norvégiennes (30 millions d’euros), en raison de la location en wet lease d’appareils de remplacement, de frais supplémentaires de carburant, et des frais d’hébergement et de restauration pour les passagers retardés.

A cela s’ajoutent également les coûts liés au refus des autorités Américaines d’accorder des droits de vol à la filiale Norwegian Air International basée dans la Communauté Européenne, qui a contribué à hauteur de 117 millions de couronnes norvégiennes (13 millions d’euros) à ce résultat négatif. Rappelons que Norwegian est engagée dans une longue procédure pour obtenir l’approbation réglementaire pour des services transatlantiques à faibles coûts qui suscitent une virulente opposition des compagnies aériennes et des syndicats outre-atlantique.

« Il est indéniable que 2014 a été une année difficile pour Norwegian » , reconnaît son PDG Bjørn Kjos. « Cependant, nous voyons plusieurs tendances positives pour ce début 2015. L’année dernière a été caractérisée par une expansion internationale continuelle, notamment avec le lancement de nouvelles lignes long-courriers. Notre stratégie de croissance porte ses fruits puisque nous continuons à augmenter notre présence mondiale. En dépit de coûts d’investissements élevés, nous avons réussi à considérablement réduire les coûts unitaires et à renouveler notre flotte » , a-t-il ajouté.

« En ce début d’année 2015, nous voyons une demande satisfaisante pour des vols de qualité à des tarifs abordables, et nous sommes déjà dans un premier trimestre bénéficiant des faibles cours du pétrole. Pourtant, il ne fait aucun doute que nous devons réduire notre niveau de coûts afin de rester compétitif dans un marché très difficile » , a conclu le PDG.

Lancée en 1993, Norwegian se range deuxième en Scandinavie par le nombre de passagers transportés et revendique la place de troisième transporteur low-cost en Europe. Elle exploite une flotte de 96 appareils, comprenant 84 Boeing 737-800 NG, 5 737-300 et 7 Boeing 787-8 Dreamliners. Elle doit prendre livraison dans les années qui viennent de 258 aéronefs. Son réseau couvre 424 routes vers 130 destinations.

> Plus d’actualités sur Norwegian

…….

Laissez un commentaire