Crash d’Air Asia : la diffusion du rapport préliminaire sera restreinte

Airbus A320 d'Indonesia Air Asia PK-AXC disparu le 28 Décembre 2014 - cc wikimedia

Airbus A320 d’Indonesia Air Asia PK-AXC disparu le 28 Décembre 2014 – cc wikimedia

La Commission Indonésienne pour la Sécurité des Transports (KNKT) a indiqué mercredi que la diffusion du rapport préliminaire sur le crash du vol QZ8501 d’Air Asia le 28 Décembre resterait restreinte.

 

Conformément aux directives de l’OACI, le rapport préliminaire sera rendu dans le mois qui suit l’accident mais le Président du KNKT, Tatang Kurniadi, a déclaré qu’il « ne serait pas exposé au public » . « Il sera seulement à la disposition des pays concernés » , a-t-il ajouté. Le rapport ne contiendra pas non plus d’analyse ni de commentaire.

Le Président du KNKT a par ailleurs précisé que l’enquête était menée par une équipe de 34 personnes avec la participation d’experts Français et Australiens. Il a assuré que l’enquête resterait neutre et qu’elle ne subirait pas l’influence de tierces parties comme la police ou la justice.

Ces annonces interviennent au lendemain des propos du ministre Indonésien des Transports, qui a déclaré devant une assemblée parlementaire que l’appareil avait pris de l’altitude à une vitesse ascensionnelle excessive avant de décrocher. Selon une analyse des données radars, l’Airbus A320 serait monté à 6.000 pieds / minute, avec une dernière pointe à 11.100 pieds / minutes. Puis il aurait décroché et serait descendu à la vitesse de 7.900 pieds / minute jusqu’à l’altitude de 24.000 pieds où il a disparu des écrans radars.

L’analyse en cours des enregistreurs de vol ne pointe pas en direction d’un acte de terrorisme, a révélé lundi le KNKT.

Reste à expliquer les raisons de cette montée rapide. Le mauvais temps a été cité comme un des éléments contributifs de l’accident. Mais les enquêteurs estiment aujourd’hui qu’il n’explique pas tout et s’intéressent à la réaction des pilotes face à la situation orageuse.

Des experts estiment que les marges d’erreurs diminuent en haute altitude. L’A320 est équipé d’un système qui empêche les pilotes de sortir de l’enveloppe normale de vol, mais ces protections peuvent se désactiver dans certaines circonstances, laissant les pilotes voler manuellement.

L’accident a coûté la vie à 162 personnes, dont 155 ressortissants Indonésiens, un Français, le copilote, trois Sud-Coréens, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien.

> Plus d’informations sur le crash du vol QZ8501 d’Air Asia

…….

Laissez un commentaire