Grève des pilotes d’Air France : l’ampleur des dégâts

Boeing 747-400 d'Air France. - © Air France

Boeing 747-400 d’Air France. – © Air France

Ce n’est pas une surprise : la grève de 14 jours d’une majorité de pilotes d’Air France plombe sérieusement les comptes d’Air France-KLM. Avec la publication ce 29 Octobre des résultats trimestriels du groupe, on mesure précisément l’ampleur des dégâts. Mais pour les comptes qui restent dans le rouge sur les neuf premiers mois de l’année, la grève n’explique tout.

 

L’impact de la grève sur les comptes d’Air France-KLM au 3ème trimestre 2014 est finalement estimé à 330 millions d’euros sur le résultat d’exploitation, un peu moins que le chiffre de 350 millions avancé précédemment.

Le chiffre d’affaires trimestriel ressort en baisse de -6,7% par rapport à l’année dernière, s’établissant à 6,69 milliards d’euros. Hors impact de la grève et à taux de change constant, il aurait été en légère progression, à +0,2%.

La grève a amené le groupe à annuler 18% de son offre en sièges (exprimée en SKO) du mois de septembre. A données comparables, déduction faite des effet de la grève et de la variation des taux de change, elle aurait augmenté de +1,6% entre le 3ème trimestre de cette année et celui de l’année dernière.

Conséquence : le résultat net trimestriel chute de 32% en un an à 100 millions d’euros. Sur les neuf premiers mois de l’année, Air France-KLM réduit cependant ses pertes, son résultat net ressortant à -514 millions d’euros contre -651 millions d’euros l’année dernière.

La grève n’explique pas tout

Selon toute vraisemblance, le groupe restera déficitaire cette année, pour la sixième fois consécutive. Mais la grève des pilotes n’explique pas tout.

Ainsi, la recette unitaire au Siège-Kilomètre Offert (RSKO) est en baisse de -2,9% en un an, et de 0,3% à données comparables. Et ce malgré les effets positifs du plan Transform 2015 initié en 2012 : le coût unitaire (à 6,86 centimes par Siège-Kilomètre Offert) est en baisse de -1,9% sur les trois premiers trimestres 2014 par rapport à l’année dernière.

Explication : « l’économie de la zone euro n’a pas montré au cours du troisième trimestre les signes de vitalité que certains lui prêtaient en début d’année. Nous sommes toujours dans une économie ralentie » , a indiqué Pierre-François Riolacci, le directeur financier du groupe lors d’une conférence téléphonique.

« L’environnement n’a pas été simple pour le transport aérien avec des surcapacités sur certaines zones en particulier, sur l’Asie et, dans une moindre mesure, sur l’Amérique du Nord  », a-t-il ajouté.

Les surcapacités induisent une pression sur les prix des billets, et donc sur les recettes unitaires.

Le groupe anticipe un 4e trimestre « assez atone » et rappelle que la grève continuera d’avoir un impact sur les comptes jusqu’à la fin de l’année : « le groupe a constaté un retard dans les engagements de réservation sur le quatrième trimestre, sans qu’il soit possible d’évaluer de manière précise la part de ce retard due à la grève et celle due à l’évolution défavorable de la demande observée au début de l’été et qui s’est confirmée depuis. Le groupe estime qu’une partie de ce retard d’engagement pourra être réduite progressivement dans les semaines qui viennent, sans qu’il soit possible de quantifier avec précision ce rattrapage compte tenu du caractère exceptionnel de l’évènement » , précise Air France-KLM.

Le groupe Franco-Néerlandais est conduit pour la deuxième fois cette année à revoir à la baisse la prévision de son excédent brut d’exploitation, qui sera ainsi ramené dans une fourchette comprise entre 1,7 et 1,8 milliard d’euros, contre 2,5 millions d’euros en début d’année et 2,1 millions d’euros en Juillet.

Pas de réduction d’effectifs supplémentaire.

Pour « limiter les conséquences de la grève et de la détérioration des recettes unitaires intervenues au cours de l’été » , Air France-KLM envisage d’adapter les programmes d’investissement, accélérer la réduction des coûts unitaires, et gérer de façon dynamique son portefeuille d’actifs en 2015.

Le groupe pourrait ainsi céder des parts encore détenues dans Amadeus, mais aussi prendre des décisions concernant sa flotte.

En revanche, le transporteur n’a pas évoqué pour l’heure de nouvelles réductions d’effectifs, malgré des rumeurs propagées par la presse au Pays-Bas depuis le début de la semaine. Ces informations, formellement démenties par Air France-KLM hier, ont néanmoins pénalisé le titre d’Air France-KLM sur les marchés financiers.

…….

Air France-KLM : chiffres clés du 3ème trimestre 2014

Capture d’écran 2014-10-29 à 08.55.29

Capture d’écran 2014-10-29 à 08.56.11

Capture d’écran 2014-10-29 à 08.58.15

Capture d’écran 2014-10-29 à 08.58.56

…….

> Plus d’actualités sur Air France-KLM

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

 

Laissez un commentaire