Crash d’Air Algérie : une des boites noires défectueuse avant le crash, la deuxième révèle la trajectoire [Photos & vidéo]

AH5017 :  trajectoire du MD83 de Swiftair avec localisation de la zone orageuse - Source : BEA

AH5017 : trajectoire du MD83 de Swiftair avec localisation de la zone orageuse – Source : BEA

Deux semaines après le crash au Mali du MD83 de Swiftair opérant pour le compte d’Air Algérie le vol AH5017 entre Ouagadougou et Alger, le Bureau d’Enquête et d’Analyse a livré les premiers éléments de ses investigations. L’étude des deux enregistreurs de vols révèle de nouveaux éléments factuels.

 

L’enregistreur des conversations dans le cockpit (CVR)  a été endommagé par l’impact et les conséquences de l’accident, mais la bande magnétique a pu être remise en état. « Malheureusement les enregistrements demeurent inexploitables, » a indiqué le directeur du BEA, Rémi Jouty.

« Ce dysfonctionnement n’est pas le résultat du crash, » a-t-il révélé, signifiant que cette boite noire était défectueuse avant l’accident, ce qui pourrait indiquer un défaut d’entretien du MD83 de Swiftair. Les enquêteurs doivent encore déterminer quel était le programme de maintenance de cette première boite noire et s’il a été bien respecté.

La deuxième boite noire, qui enregistre les paramètres de vol (FDR), a livré des informations sur la trajectoire de l’appareil.

 

L’appareil est parti en spirale

Après son décollage, l’équipage a mis cap vers le Nord comme prévu, avec des « écarts de route modérés, typiquement ceux d’un équipage qui cherche à contourner un système orageux, » a indiqué le directeur du BEA.

Deux minutes seulement après que le MD83 a atteint son altitude de croisière à 31.000 pieds (9.500 mètres), la vitesse qui était établie  à 280 noeuds a commencé à diminuer progressivement alors que l’altitude restait constante, mais celle-ci a ensuite également diminué tandis que la vitesse s’est réduite jusqu’à 160 noeuds.

A ce moment-là, l’appareil est parti en spirale à gauche, en perdant rapidement de l’altitude.

Le dernier enregistrement a eu lieu environ une seconde avant l’impact, quand l’appareil n’était plus qu’à 1.600 pieds (480 mètres) avec une vitesse de 380 noeuds (environ 740 km/h) et « une vitesse verticale extrêmement importante, » selon le directeur BEA, venant ainsi confirmé la description d’un impact particulièrement violant avec le sol.

AH5017 : reconstitution de la trajectoire de l'appareil selon le FDR - Source : BEA

AH5017 : reconstitution en 3D de la trajectoire de l’appareil selon le FDR – Source : BEA

Rapport d’étape

Ces éléments factuels n’établissent encore aucun scénario, et même si à ce stade de l’enquête, aucune hypothèse n’est exclue, l’appareil ne s’est vraisemblablement pas désintégré en vol, « ce qui n’exclut pas qu’il y ait eu des dommages en vol, » a néanmoins tenu à préciser Rémi Jouty. « On ne peut pas aller plus loin pour l’instant, » a-t-il continué.

A présent, l’enquête va se poursuivre pour comprendre la trajectoire de l’avion. Avec la collaboration du constructeur de l’appareil (Boeing, repreneur de McDonnell Douglas), des calculs vont être effectués pour modéliser le comportement de l’avion et les comparer avec les enregistrements du FDR.

« Ce n’est qu’après qu’on pourra formuler des hypothèses, » a précisé Remy Jouty aux journalistes.

Un rapport d’étape doit être remis à la mi-Septembre.

Le Directeur du BEA s’exprimait ce 7 Août lors d’une conférence de presse dans les locaux du BEA au Bourget, dans le cadre de l’enquête dirigée par l’autorité Malienne de l’aviation civile qui a la charge des investigations.

Le vol AH5017 s’est écrasé le 24 Juillet 2014 dans la région de Gossi au Mali, avec 118 passagers et membres d’équipage, dont 54 Français.

…….

Vidéo : Vol AH5017 : la conférence de presse des experts du BEA dans son intégralité (France24)

…….

> Voir le fil d’actualité sur le crash du vol d’Air Algérie AH5017

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés 

Laissez un commentaire