Sécurité aérienne : les compagnies décident d’interrompre la desserte de Tel Aviv

Un Boeing 747-400 de Delta Air Lines à l'aéroport de Tel Aviv Ben Gourion - © Siegi / Airplane Picture

Un Boeing 747-400 de Delta Air Lines à l’aéroport de Tel Aviv Ben Gourion – © Siegi / Airplane Picture

 

Cinq jours après le crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines dans une région en guerre de l’Ukraine, la prudence grandit chez les transporteurs aériens : les compagnies Américaines et plusieurs de leurs consoeurs Européennes ont interrompu ce mardi pour une durée indéterminée leurs opérations vers l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv après le tir d’une roquette dans son voisinage.

 

Delta Air Lines a été la première à réagir, son Boeing 747 assurant le vol quotidien New York JFK – Tel Aviv a rebroussé chemin au dessus de la Méditerranée pour gagner Paris Charles de Gaulle. 273 passagers et 17 membres d’équipage étaient à son bord.

« Delta a suspendu jusqu’à nouvel ordre la desserte de l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv depuis et vers son hub de New York JFK. Delta, en coordination avec la Federal Aviation Administration, agit ainsi pour assurer la sûreté et la sécurité de ses clients et employés, » précise-t-elle aujourd’hui dans un communiqué.

United Airlines et US Airlines ont également indiqué cesser leurs opérations vers Israel pour une durée indéterminée. Un Boeing 777 de United est actuellement immobilisé sur l’aéroport. La compagnie assure deux vols quotidiens vers Tel Aviv.

Dans la journée, la Federal Aviation Administration (FAA) a interdit aux compagnies Américaines d’opérer vers Tel Aviv pour une durée de 24 heures, sous réserve d’une réévaluation de la situation sur place. « L’avis (NOTAM) ne s’applique qu’aux opérateurs Américains et n’a pas autorité sur les compagnies étrangères opérant vers l’aéroport » , précise l’Agence.

Certains transporteurs Européens ont immédiatement emboité le pas à leurs homologues Américains. Ni l’Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne (AESA), ni Eurocontrol, ni les autorités nationales d’Europe, n’avaient pourtant émis à ce moment là le moindre bulletin d’alerte ou d’interdiction. Cependant, l’AESA publiait tardivement mardi un Bulletin d’Information de Sûreté (SIB) recommandant aux transporteurs de s’abstenir de desservir l’aéroport Ben Gourion jusqu’à nouvel ordre.

Air France a indiqué qu’elle suspendait ses vols vers Tel Aviv jusqu’à nouvel ordre et qu’elle suivait l’évolution de la situation, comme KLM qui avait précédemment organisé un changement de base pour ses équipages de Tel Aviv vers Larnaca à Chypre.

Lufthansa dit suspendre ses opérations vers Israel pour 36 heures.

Selon un consultant aéronautique interrogé par l’Associated Press, Robert Mann, les compagnies aériennes deviennent plus proactives au lendemain du drame du vol MH17 : « cela force chaque opérateur à prendre ses propres responsabilités, à procéder lui-même à sa propre évaluation des risques en fonction de la situation politique,  » a-t-il déclaré.

Ce week-end, le PDG de la compagnie Emirates, Tim Clark, appelait ses confrères à se réunir pour définir de nouvelles règles sur le survol des zones de conflit tout en demandant plus d’initiatives de la part de l’OACI, l’agence des Nations-Unies en charge du transport aérien.

Mais dans ce concert de bonnes volontés, certains se démarquent.

EasyJet a indiqué maintenir ses vols vers Tel Aviv « puisqu’il n’y a aucun changement d’autorisation gouvernementale pour cette région » , a-t-elle déclaré, tout en prenant des mesures commerciales pour permettre le changement de dates ou de destination à ses passagers réservés vers Israel. Air Berlin adopte la même politique.

Ces deux compagnies ont ensuite revu leur position, mettant fin à la desserte de Tel Aviv le 23 Juillet après la publication de la recommandation de l’AESA.

Mais le cas le plus frappant reste Malaysia Airlines : dimanche dernier, la compagnie avait dérouté son vol MH4 Kuala Lumpur-Londres au dessus de la Syrie après que l’espace Ukrainien a été interdit, tout en se justifiant a posteriori: « la route est déclarée comme sûre par l’OACI et n’est frappée d’aucune restriction« , a-t-elle précisé, une reprise presque mot pour mot de ce qu’elle écrivait pour le vol MH17.

> Sur ce sujet, lire : MH17 : Malaysia Airlines survole à présent la Syrie en Airbus A380 (21/07/2014)

…….

Article modifié :

  • le 22/07/14 à 20:30 UTC pour inclure le bulletin de sûreté émis par l’AESA
  • le 23/07 à 12:48 UTC pour préciser la position d’EasyJet et d’Air Berlin.

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire