En Europe, « les compagnies aériennes sont désavantagées », selon l’IATA

Avion au décollage depuis une piste d'aéroport au coucher du soleil - Source : Twitter

Avion au décollage depuis une piste d’aéroport au coucher du soleil – Source : Twitter

 

L’industrie du transport aérien dans le monde se porte bien mais en Europe elle reste particulièrement faible, note le Président de l’International Air Transport Association (IATA) qui regroupe la quasi totalité des compagnies aériennes mondiales (84%). Selon lui, les transporteurs Européens souffrent d’un handicap de compétitivité à cause des politiques de leurs gouvernements.

 

L’IATA prévoit que les compagnies aériennes Européennes réaliseront globalement un bénéfice net après impôt de 2,8 milliards de dollars US en 2014, soit une marge nette moyenne de seulement 1,3% représentant un bénéfice de 3,23 dollars US par passager transporté, quand leurs homologues Nord-Américain gagneront 3 fois plus (11,09 dollars US par passagers).

Pour le Président de l’association, Tony Tyler, qui s’exprimait hier à Rome devant le Centre International d’Etudes sur la Compétitivité de l’Industrie Aéronautique, le secteur aérien en Europe devrait être plus performant – et mieux considéré par les gouvernements : il soutient 9,2 millions d’emplois et contribue à hauteur de 660 milliards de dollars US dans le PIB de l’Europe des 28. Ses atouts sont nombreux, avec 10% de la population mondiale, l’économie la plus prospère au monde ou encore une richesse culturelle « impressionnante ».

« Alors, comment se fait-il que les compagnies aériennes européennes ne réussissent pas mieux ? Je crois que c’est à cause des désavantages concurrentiels que les gouvernements européens placent sur ​​leur chemin. 

L’industrie ici est surtaxée, sur-réglementée, et souffre d’un système du contrôle aérien chroniquement mal géré, de capacités aéroportuaires insuffisantes et de coûts globaux pour les infrastructures trop élevés.« ,

a déclaré Tony Tyler.

Le Président de l’IATA condamne les taxes pesant sur le secteur, représentant à elles seules 40 milliards de dollars US, « plus du double de la région Asie-Pacifique » où les gouvernements « apprécient le transport aérien plus pour sa valeur économique sur le long terme plutôt que pour les recettes fiscales sur le court terme« . Et de condamner les politiques fiscales Britanniques, Françaises et Allemandes, avant de saluer celle de l’Irlande qui vient de renoncer à sa taxe sur les départs.

L’excès de régulation est également condamné, citant en exemple la Régulation 261 qui vise à protéger les droits des passagers, avec ses « mesures draconiennes » qui s’ajoutent et contredisent parfois 60 autres régimes similaires, ajoutant encore plus de confusion.

Les compagnies aériennes dénoncent également les augmentations incontrôlées des taxes aéroportuaires qui sont décidées unilatéralement par les gestionnaires des infrastructures. « Nous avons besoin d’un contre-pouvoir« , a déclaré Tony Tyler, qui souhaite la création d’un régulateur effectivement indépendant, chargé d’établir un régime efficace de normes internationales pour ces redevances, qui stimulerait la connectivité et la croissance.

L’insuffisance des capacités aéroportuaires est également montrée du doigt par le patron de l’IATA, avec la prévision d’Eurocontrol d’un déficit de l’ordre de 12% par rapport aux besoins à l’horizon 2035.

Mais plus urgente encore est la mise en place du Ciel Unique Européen (SES) en matière de trafic aérien, dit Tony Tyler : en l’état, le système actuel « inadéquat » résulte en une perte annuelle de 3 milliards de dollars US pour les compagnies aériennes, du double pour les passagers transportés, en raison de vols plus longs que nécessaires, sans compter l’impact environnemental : 7,8 millions de tonnes d’émissions carbone pourraient être évitées.

Le Président de l’IATA compte enfin sur l’Italie, qui assumera en Juillet prochain et pour les six prochains mois la Présidence tournante de l’Union Européenne, pour embrasser la cause des compagnies aériennes qui doivent davantage contribuer au développement Européen.

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire