TAP : une privatisation toujours incertaine

© TAP

© TAP

 

L’évolution favorable des résultats financiers de TAP pourrait permettre une relance du processus de privatisation mais, pour le gouvernement Portugais à qui incombe la décision, la fenêtre de tir est étroite en raison du calendrier électoral.

 

Même si les comptes de la compagnie Portugaise restent déficitaires, la perte financière de 5,9 millions d’euros pour l’exercice 2013 représente une amélioration de 90% par rapport à l’année précédente.

Surtout, l’activité passagers proprement dite est bénéficiaire à hauteur de 34 millions d’euros mais le groupe aérien reste plombé par sa filiale de maintenance Brésilienne achetée en 2005 à Varig alors en faillite. M&E Brasil a perdu 41 millions d’euros en 2013.

Le redressement des comptes de la filiale de maintenance Brésilienne reste une priorité en vue d’une privatisation de TAP, le gouvernement Portugais, propriétaire de 100% des parts, ayant indiqué qu’il souhaitait vendre le groupe en un seul lot et non « à la découpe« .

Toutefois, l’horizon s’éclaircit pour M&E Brazil qui a enregistré pour la première fois des bénéfices en Février 2014 avec l’espoir de continuer sur cette lancée pour le reste de l’année.

A priori, l’amélioration des résultats financiers de TAP pourrait faire pencher la balance en faveur d’une relance du processus de privatisation dès cette année.

Mais la fenêtre de tir du gouvernement Portugais se réduit chaque semaine : en 2015 auront lieu des élections législatives et il semble peu probable qu’au delà du mois de Septembre 2014, l’Etat veuille s’engager sur un dossier controversé et sensible politiquement, après le fiasco de 2012 quand l’offre de Synergy Group, propriétaire de la compagnie Colombienne Avianca, a été refusée.

Si Synergy a déclaré ne plus être intéressé par TAP, l’homme d’affaires Miguel Pais do Amaral, ancien propriétaire de l’Américaine Continental Airlines, continue pour sa part d’évaluer l’achat de la compagnie aérienne Portugaise, indique le journal Economia.

Pour autant, l’exécutif Portugais, qui a demandé à ses conseillers financiers un nouvel audit de TAP sur la base des comptes de 2013, n’a cependant pas assuré que la privatisation aurait lieu cette année.

Le Portugal a dû s’engager à privatiser la compagnie aérienne TAP en 2012, en échange d’une aide financière de 78 milliards d’euros accordée par l’Union Européenne et le Fonds Monétaire International.

Fondée en 1945, TAP vole vers 80 destinations dans 36 pays depuis son hub de Lisbonne. Membre de Star Alliance, elle est le premier transporteur entre l’Europe et le Brésil.

Sa flotte comprend 70 appareils, dont 56 Airbus plus 14 Embraer et Fokker opérés par sa filiale régionale Portugalia.

…….

> Plus sur TAP

…….