Air France : à J-2 d’une grève « historique », cuisant revers pour le SNPL qui perd son siège au Conseil d’Administration

© Air France

© Air France

 

A 2 jours du début d’une grève « historique » qu’il a initiée, le syndicat de pilotes SNPL perd son siège au Conseil d’Administration d’Air France.

 

Le coup est rude est pour le syndicat qui hier encore prétendait être majoritaire chez les pilotes d’Air France en rappelant son score de 72% aux dernières élections du comité d’entreprise.

Le SNPL répondait ainsi au PDG, Frédéric Gagey, qui l’accusait de ne pas être représentatif au sein des pilotes de la compagnie en déclenchant une grève de près d’un mois.

Quelques heures après, le SNPL est largement battu aux élections où le personnel désigne ses représentants au conseil d’administration : les pilotes de ligne ont choisi le SPAF, un syndicat concurrent jusqu’ici minoritaire, pour siéger dans l’organe exécutif de l’entreprise, avec un score sans appel de 58,2% des voix pour le SPAF, contre 41,8% pour le SNPL.

A ces mêmes élections en 2010, les pilotes avaient voté en faveur du SNPL à hauteur de 56% des suffrages.

Pourquoi ce désamour ? Entre temps, Air France a entrepris de se réformer au travers du plan Transform 2015, qui a imposé d’importantes concessions à tous les personnels de la compagnie et qui a entrainé le départ de plus de 5.000 salariés en 2 ans auxquels s’ajouteront 2.800 autres d’ici à 2015.

Ce plan qui a permis à Air France de se redresser partiellement, le SNPL l’a accepté en signant notamment les accords de modération salariale et de compétitivité au nom des pilotes de la compagnie. « Le SNPL Air France ALPA a été le premier syndicat à signer l’accord Transform 2015, le premier syndicat à signer l’accord base de province (…)« , rappelait son Président au PDG d’Air France.

C’est sans doute cette ligne modérée qui a couté la place du SNPL au conseil d’administration de la compagnie, au profit du SPAF, bien plus contestataire.

N’empêche qu’à quelques jours du lancement d’une grève à l’ampleur historique et à un an des prochaines élections du comité d’entreprise, ce résultat sonne comme un véritable coup de semonce pour le SNPL.

L’enjeu dépasse d’ailleurs le simple cadre de la société : hier encore, le secrétariat d’Etat aux transports annonçait qu’il lancerait avant la fin du mois de mai une enquête sur la représentativité syndicale au sein des pilotes Français, « préalable indispensable à l’ouverture de négociations pour une convention collective nationale » pour cette profession qui en est toujours dépourvue.

Le SNPL pourrait perdre bien plus qu’un siège d’administrateur.

…….

> Plus sur Air France

> Plus sur les grèves du mois de mai 2014 chez les pilotes de ligne Français

…….

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire