Pourquoi Ryanair ne propose pas la WiFi dans ses avions – et n’est pas prête de le faire…

Boeing 737-800 de Ryanair - © Ryanair

Boeing 737-800 de Ryanair – © Ryanair

A écouter son PDG, Ryanair ne proposera pas de sitôt la WiFi à ses passagers. Pour leur propre bien. Et pour le sien aussi, accessoirement.

Michael O'Leary, PDG de Ryanair - © Ryanair

Michael O’Leary, PDG de Ryanair – © Ryanair

Alors que la compagnie Irlandaise low-cost essaie d’améliorer son image auprès des voyageurs, elle semble renoncer, au moins pour l’instant, à installer à bord de ses 303 appareils la Wifi qui permettrait pourtant à ses passagers de rester connectés.

Elle autorise depuis le début du mois de Février 2014 l’utilisation des appareils électroniques, tablettes et mobiles (PED), pendant toutes les phases du vol, mais l’accès à Internet ne sera pas proposé, contrairement aux compagnies traditionnelles qui y songent fortement lorsqu’elle ne le font pas déjà.

Michael O’Leary, le PDG de Ryanair, a trouvé une raison toute simple : c’est trop cher pour les passagers. Il met en cause les frais de « roaming » (transfert de communication d’un opérateur à un autre), beaucoup trop élevés en Europe. « les frais de roaming à travers 24, 25, 26 pays en Europe rendrait le coût du service prohibitif« , dit-il, oubliant au passage que l’Union ne compte pas 26 mais 28 nations, et qu’au demeurant chaque vol de Ryanair ne les survolent pas tous systématiquement.

Ne pas proposer la WiFi à bord de ses avions pour éviter que les passagers ne dépensent trop d’argent, voilà une idée qui sied bien à M. O’Leary.

La vraie raison est bien plus prosaïque et nous vient du directeur financier de la compagnie, Howard Millar : pour fonctionner à bord d’un avion, la WiFi nécessite l’installation d’une antenne, qui compromet l’aérodynamisme de l’appareil et augmente donc sa consommation en carburant. « Les études que nous avons menées montre que cela entraîne une traînée aérodynamique de 2% en plus« , précise-t-il.

Le coût de cette installation résulterait en augmentation de 40 millions d’Euros environ en frais de carburant, « ce que nous ne pouvons pas nous permettre« , ajoute Howard Millar.

A moins qu’avec les progrès technologiques, la taille de l’antenne ne diminue et entraîne une moindre perte d’aérodynamisme. Car aussi bien Michael O’Leary que son directeur financier souhaitent offrir ce service à leurs clients. Mais pas avant 3 ou 5 ans vraisemblablement.

D’ici là, entre low-cost et wifi, il faudra choisir.

…….

> toute l’actualité de Ryanair sur Air Info

……..

© 2014 Air Info – Tous droits réservés

Laissez un commentaire