Ethiopian Airlines veut ouvrir Los Angeles via Dublin en 2015

Ethiopian dispose de 6 B777-200LR, ici représenté, mais compte déployer le modèle plus gros porteur, B777-300ER sur sa future ligne ADD-LAX via DUB. © Boeing

Ethiopian dispose de 6 B777-200LR, ici représenté, mais compte déployer le modèle plus gros porteur, B777-300ER sur sa future ligne ADD-LAX via DUB. © Boeing

Ethiopian Airlines (ET) souhaite ouvrir, au cours du 1er semestre 2015, une ligne reliant son hub d’Addis Ababa (ADD) à Los Angeles (LAX), avec une escale intermédiaire à Dublin (DUB). Le projet reste conditionné à l’obtention de droits de trafic entre Dublin et Los Angeles et pose la question d’une concurrence éventuelle avec la compagnie Irlandaise Aer Lingus.

Dublin s’impose comme un choix sinon nécessaire mais cohérent

Ethiopian Airlines s’était déjà exprimée sur son intention de desservir la Côte Ouest des Etats-Unis (où réside une importante diaspora Ethiopienne), mais son PDG, Tewolde Gebre Mariam, a précisé ses intentions hier dimanche 26 janvier 2014 au journal Travel Extra, en marge d’une conférence qui se tenait à Dublin : la route devrait comprendre une escale intermédiaire à Dublin justement, et ouvrir en Janvier 2015 dans le meilleur des cas, Mai au pire.

La route Addis Ababa - Dublin - Los Angeles est très proche de route orthodromique Addis Ababa - Los Angeles

La route Addis Ababa – Dublin – Los Angeles est très proche de route orthodromique Addis Ababa – Los Angeles

Etant donné la distance qui sépare Addis Ababa de Los Angeles (7 929 miles marins ou 14 684 kilomètres), mais aussi à cause des contraintes opérationnelles imposées par la localisation géographique de l’aéroport d’Addis Ababa (situé à plus de 2 000 mètres d’altitude), la route ne peut pas s’effectuer sans escale pour les Boeing 777-300ER d’Ethiopian Airlines (d’une autonomie maximale de 14 690 kilomètres) qui est l’appareil que le PDG de la compagnie voudrait voir sur la ligne. Ethiopian Airlines dispose pourtant de 6 B777-200LR, modèle conçu spécialement pour ces vols ultra-longs-courriers (avec un rayon d’action maximal de 17 370 kilomètres), qui pourrait donc effectuer une liaison directe Addis Ababa – Los Angeles, mais la compagnie semble vouloir déployer le -300ER, d’une plus grande capacité en sièges et fleuron de sa flotte, le premier exemplaire lui ayant été livré en novembre 2013.

Pour un stop intermédiaire, Dublin présente quelques avantages : la capitale Irlandaise est pratiquement située sur la route orthodromique (la plus courte sur une sphère) entre Addis Ababa et Los Angeles, et Dublin n’est pas reliée par un vol direct à Los Angeles. Au demeurant, les contrôles des autorités américaines de l’immigration sont installées dans le terminal de l’aéroport de Dublin, si bien que les passagers en partance pour les Etats-Unis passent les formalités en Irlande, avant leur arrivée sur le sol américain : ils évitent ainsi les files d’attentes interminables aux contrôles dans les mega-hubs des Etats-unis. Un avantage dont pourrait se prévaloir Ethiopian Airlines.

Le gouvernement Irlandais et la question des droits de trafic

 » Nous envisageons une route Addis – Dublin – Los Angeles pour transporter des passagers entre Addis et Los Angeles, et pour en transporter entre Dublin et Los Angeles « , a déclaré le PDG d’Ethiopian Airlines. Ses intentions sont claires, mais l’emport de passagers (et de cargo) entre Dublin et Los Angeles reste soumis à l’obtention de droits de trafic dits de « 5ème liberté » auprès des autorités Irlandaises. Les liaisons aériennes entre l’Ethiopie et les Etats-Unis sont régis depuis mai 2005 par un accord bilatéral de « Ciel Ouvert », autorisant toute route entre deux points des territoires respectifs des deux pays, mais un pays tiers, en l’occurrence l’Irlande, doit donner son accord en cas d’escale intermédiaire.

Réseau transatlantique d'Aer Lingus à compter d'avril 2014

Réseau transatlantique d’Aer Lingus à compter d’avril 2014

On imagine que les procédures d’obtention ont été lancées si le PDG d’Ethiopian Airlines s’avance sur une date comprise au premier semestre de l’année prochaine. Pourtant, le même gouvernement Irlandais qui statuera sur ces droits de trafic est également actionnaire à hauteur de 25,1% de la compagnie aérienne nationale, Aer Lingus. Succombera-t-il aux vieux démons protectionnistes ou fera-t-il montre d’une approche libérale dans l’intérêt du consommateur, l’avenir le dira.

Pour l’heure, Aer Lingus ne dessert plus Los Angeles directement depuis qu’elle s’en est retirée en 2008. Mais elle a annoncé l’année dernière un plan d’expansion transatlantique qui verra son aboutissement le 1er avril 2014 avec l’ouverture d’une ligne vers San Francisco (ainsi qu’une autre vers Toronto), qui sera assurée 5 fois par semaine en Airbus A330.  » Ce sont deux marchés différents « , a très justement rappelé le PDG d’Ethiopian Airlines.

Un nouveau concurrent sur le pré carré des compagnies Européennes

Il n’en demeure pas moins que dans l’éventualité où le gouvernement de la République d’Irlande devait adopter une approche libérale en accordant des droits de trafic à Ethiopian Airlines entre Dublin et Los Angeles, l’arrivée d’un nouveau venu sur le marché transatlantique sonnerait comme une mauvaise nouvelle pour les 3 « majors » Européennes, les groupes Air France-KLM, British Airways-Iberia et Lufthansa-Swiss-Austrian Airlines.

Si pour l’instant Emirates (EK) reste la seule compagnie « non-Européenne » à être présente sur ce marché avec sa ligne quotidienne entre Milan Malpensa et New York JFK, les compagnies Asiatiques ont déjà montré leur intérêt pour de telles liaisons. Les gouvernements Espagnol ou Portugais pourraient entendre bientôt les chants des sirènes. L’arrivée d’une compagnie Africaine ne ferait que rajouter davantage de concurrence, accentuant la pression sur les champions Européens qui n’en manquent déjà pas, mais pour le plus grand bénéfice du consommateur.

© 2014 Air Info – Tous droits réservés.

Laissez un commentaire