Comment Etihad se renforce sur les Amériques

Etihad et Jetblue signent un accord de partage de codes

Etihad et Jetblue signent un accord de partage de codes

Etihad Airways (EY), la compagnie d’Abu Dhabi, a conclu hier 22 janvier 2014 un accord de partage de codes avec la low-cost Jetblue (B6) basée dans l’Etat de New York. De fait, Etihad se renforce sur l’Amérique du Nord, elle qui avait centré son action ces derniers temps sur l’Europe et le sous-continent Indien. Mais la portée de l’accord s’étend au delà du territoire des Etats-Unis.

L’accord de partage de codes entre Etihad et Jetblue

Etihad placera dans un premier temps, à partir de Juin 2014, son code  » EY  » sur 40 vols opérés par JetBlue à l’intérieur des Etats-Unis, à partir des aéroports de New York JFK (JFK) et de Washington Dulles (IAD). Ces vols en partage de codes prolongeront les opérations d’Etihad sur le territoire Américain : New York et Washington sont chacune desservies par Etihad depuis Abu Dhabi au moyen d’un vol quotidien direct. Une 2ème fréquence quotidienne viendra compléter les opérations d’Etihad vers New York dès le 1er mars de cette année.

Sujet à l’approbation des autorités, l’accord entre Etihad et Jetblue porte sur les routes suivantes :

  • A partir de New York JFK vers :

Aguadilla
Albuquerque
Austin
Boston
Buffalo
Burbank
Burlington
Charleston
Charlotte
Chicago / O’Hare
Denver
Fort Lauderdale / Hollywood
Fort Myers
Houston / Hobby
Jacksonville
Las Vegas
long Beach
Los Angeles
Nouvelle-Orléans
Oakland
Orlando
Phoenix
Ponce
Portland ( Maine )
Portland (Oregon )
Rochester
Sacramento
Salt Lake City
San Diego
San Francisco
San José ( Californie )
San Juan
Sarasota / Bradenton
Savannah / Hilton Head (dès le 14 Février , 2014)
Seattle / Tacoma
Syracuse
Tampa
Washington / Dulles
West Palm Beach

  • A partir de Washington Dulles :

Boston
New York JFK

Les compagnies Américaines divisées face à leurs consoeurs du Golfe

L’ accord significatif entre Etihad et Jetblue sera étendu à d’autres vols opérés par JetBlue quand Etihad lancera un vol quotidien vers Los Angeles (LAX) en Juin 2014. La compagnie d’Abu Dhabi prévoit également de desservir Dallas / Fort Worth (DFW) à compter de Décembre.

La bonne entente entre Jetblue et les compagnies du Golfe ne doit pas occulter le fait que les compagnies américaines entretiennent avec elles des relations souvent ambigües quand elles ne sont pas ouvertement conflictuelles. La plus en pointe dans ce combat reste Delta Airlines (DL), alliée du groupe Air France KLM au sein de l’alliance Skyteam et de leur joint-venture transatlantique à laquelle Alitalia participe aussi. Delta, qui voit poindre une menace, multiplie les actions contre ses rivales du Golfe, introduisant des recours contre les crédits à l’exportation dont elles bénéficient lors de commandes d’avions alors qu’elle-même ne peut y prétendre, agissant au sein de l’A4A (le syndicat des compagnies aériennes Américaines) pour faire interdire le partage de codes qu’Etihad voulait mettre en place avec Air Serbia sur les vols transatlantiques, ou contestant par voie de justice en Italie les opérations d’Emirates entre Milan et New York. La situation pourrait davantage se compliquer si Etihad devait prendre une participation dans Alitalia, très liée à Delta : de fait, celle-ci serait amenée à partager indirectement ses opérations, et surtout ses revenus, au sein de la joint-venture transatlantique, avec un ennemi juré.

Mais toutes les compagnies Américaines ne peuvent pas s’offrir le luxe de refuser la manne financière offerte par les perspectives d’un rapprochement avec les compagnies du Golfe. Si Delta vient d’annoncer des profits records dans l’histoire de l’aviation, ses consoeurs n’ont pas toutes connu la même fortune.

En 2009, au plus fort de la crise financière qui ébranlait le monde avec des répercussions jusque dans le transport aérien, American Airlines (AA), alors au bord de la faillite, mettait en place un accord avec la même Etihad. D’ailleurs, pour important que soit le partenariat signé hier entre Etihad et Jetblue, il ne surpasse en rien celui conclu entre Etihad et American Airlines il y a 5 ans et constamment renforcé : aujourd’hui, le code « EY » est placé sur certains vols opérés par American Airlines vers 72 destinations depuis Chicago (ORD), 18 depuis New York (JFK) et 2 depuis Washington Dulles (IAD), et ce sans compter les vols transatlantiques.

De son côté, Jetblue n’en est pas à son coup d’essai avec les compagnies du Golfe puisqu’elle a déjà signé un accord similaire en 2012 avec la compagnie Emirates (EK) de Dubai, qui appose son code « EK » sur 28 routes de Jetblue. Celui signé avec Etihad reste cependant le plus prometteur.

La portée du partenariat entre Jetblue et Etihad

Le Président d’Etihad, James Hogan, déclarait hier :  » Les États-Unis sont un marché important et croissant pour Etihad Airways et ce partenariat avec JetBlue va nous permettre d’offrir à nos clients plus d’options pour voyager à l’intérieur et au-delà des États-Unis « . Dans la bouche de James Hogan, ce  » au-delà  » ne constitue pas une figure de rhétorique. En effet, selon l’accord d’hier, Etihad prévoit également d’apposer son code sur les vols de JetBlue depuis New York JFK vers certaines destinations en République dominicaine, à la Jamaïque et en Colombie, toujours sous réserve des approbations gouvernementales.

Aucune autre compagnie du Golfe ne s’était jusqu’à présent intéressée à ses marchés, ou n’avait pu les pénétrer. A l’échelle planétaire, les ambitions d’Etihad semblent sans limite.

Voilà en tout cas qui pourrait arranger les affaires de Jetblue, coincée entre le géant du low-cost, Southwest, et les trois majors, American, United et Delta. Pour échapper à cet étau et trouver un peu d’oxygène ailleurs, Jetblue a entrepris de se développer il y a quelques années au delà du territoire des Etats-Unis, en direction des Caraïbes et de partie Nord du continent Sud-Américain. Etihad l’aidera à renforcer ses opérations.

Cet accord avec Jetblue intervient trois jours à peine après celui signé avec l’Espagnole Air Europa (UX).

> Lire notre article sur le rapprochement entre Etihad et Air Europa

Loin d’être une coïncidence, c’est la stratégie mondiale d’Etihad qui se joue en l’espace d’une semaine. La comparaison entre la partie internationale des deux réseaux nouvellement intégrés à celui d’Etihad par le jeu des partages de codes fait apparaître une complémentarité évidente, entre celui d’Air Europa axé davantage sur l’Amérique du Sud et celui de Jetblue plus développé dans la zone Caraïbes.

Réseaux de Jetblue (à gauche) et d'Air Europa (à droite)

Réseaux de Jetblue (à gauche) et d’Air Europa (à droite)

Etihad s’invite désormais en Amérique Latine, investissant un continent difficile à atteindre directement depuis le Golfe Persique, et ce sans commander d’avions ni demander de quelconques droits de trafic.

James Hogan, qui, il y a quelques jours, déclarait depuis l’Europe qu’il regardait à présent vers les Amériques et la Chine a tenu parole, au moins sur la première moitié de sa proposition, quand bien même il ne s’agit pas (pour l’instant) de prises de participations capitalistiques.

> Lire notre article sur les intentions d’Etihad vers les Amériques et la Chine (16/01/2014)

Là réside la portée de cet accord : l’accès au marché américain était déjà offert à Etihad par son partenariat avec American Airlines. En se rapprochant de Jetblue, d’une taille bien plus modeste et en situation sinon précaire mais inconfortable, Etihad n’en vient pas moins de s’ouvrir des perspectives à l’échelle d’un continent entier.

© 2014 AirInfo.org – Tous droits réservés.

2 commentaires sur “Comment Etihad se renforce sur les Amériques

  1. Pingback: Etihad annonce de prochains partenariats en Amérique du Sud ainsi que l’introduction des A380 et B787 « Air Info

  2. Pingback: Etihad et American Airlines renforcent leur partenariat | Air Info

Laissez un commentaire