Twinjet obtient gain de cause contre l’aéroport de Lannion

Saisi par Twinjet, le tribunal administratif de Rennes a annulé lundi 24 juillet la procédure de délégation de service public de la ligne aérienne reliant Lannion à Paris. La compagnie aérienne contestait la décision du syndicat mixte de l’aéroport de Lannion d’attribuer ce marché à sa concurrente Chalair, en pointant des « irrégularités » .

C’est une bonne nouvelle pour Twinjet qui obtient gain de cause en justice, et une mauvaise nouvelle pour l’aéroport de Lannion qui doit revoir sa copie.

Twinjet reprochait l’opacité dans les critères de sélection. « Ces derniers doivent naturellement être connus pour que les réponses soient adaptées aux attentes des financeurs » , déplore la compagnie dans un communiqué. Elle ajoute que « la compagnie Chalair, qui avait été choisie sur des critères non portés à la connaissance de Twinjet et qui avait fait cause commune avec l’aéroport de Lannion pour se battre contre Twinjet devant le tribunal administratif, n’assurera donc pas cette liaison » .

« Le juge du tribunal administratif a suivi notre demande, celle de la voie du droit, en statuant ainsi, car nous avions raison de crier haut et fort que la procédure de DSP était totalement illégale. N’en déplaise aux concernés, la décision est très claire : tout est à refaire pour cette DSP » , déclare le président de Twinjet, Olivier Manaut.

HOP! Air France, attributaire précédent de cette DSP, exploite la ligne en ATR 42 jusqu’en septembre 2017. Au-delà de cette date, c’est désormais l’incertitude. « Les entreprises locales n’ont pas à s’inquiéter, il suffit que cet aéroport relance immédiatement la procédure, qu’il demande au prestataire actuel de continuer un peu, mais surtout qu’il agisse de suite » , rassure le dirigeant de Twinjet.

Il poursuit : « par contre, que ce syndicat fasse cela dans les règles car si nous serons attendu au coin du bois lors de la prochaine DSP et nous ne nous faisons aucune espèce d’idée, nous serons pour notre part toujours dans le bois de la légalité si la procédure est entachée d’une nouvelle irrégularité » .

Twinjet s’étonnait de ne pas avoir été retenue pour la DSP en ayant proposé « l’offre la moins onéreuse » , avec « un programme de vol supérieur » à la demande exprimée dans l’appel d’offres. Selon ses chiffres, son offre était 700 000 Euros HT par an moins élevée, soit 2,8 millions de moins sur la période de 4 ans. Outre le tribunal administratif de Rennes, la compagnie avait également saisi le préfet, la Cour des comptes et la DGAC.

Twinjet exploite exclusivement 12 Beechcraft 1900 D de 19 places alors que Chalair proposait de poursuivre la ligne en ATR 42. « La capacité de l’avion semble avoir été un élément déterminant (dans le choix de l’aéroport, ndlr) mais ne figurait pas comme tel dans les pièces du dossier » , croit savoir Le Télégramme de Brest.

Twinjet, qui se présente comme la « compagnie aérienne française leader en Europe sur les avions de sa capacité » , promet d’annoncer prochainement de nouvelles lignes.

Partenaire du programme de fidélité Flying Blue, la compagnie opère 200 vols régionaux hebdomadaires pour desservir 15 destinations en France, en Allemagne et en Italie : Bergerac, Le Puy-en-Velay, Limoges, Lyon, Marseille, Mende, Metz-Nancy, Nice, Toulouse, Pau, Périgueux, Paris Orly, Stuttgart, Friedrichshafen et Milan-Malpensa.

Photo © Twinjet

2 commentaires sur “Twinjet obtient gain de cause contre l’aéroport de Lannion

  1. Après avoir perdu (peut-être) Paris-Lannion, Chalair pourra (peut-être) se retourner vers Lyon Saint-Exupéry, où elle avait ouvert la ligne Lyon-Luxembourg en septembre 2015, abandonnée au bout de deux mois en raison de l’arrivée de Hop ! sur la même ligne en février 2016…
    Mais Hop ! malheureusement, malgré environ 25000 passagers/an va fermer Lyon-Luxembourg en septembre prochain.
    Il y a donc une place à (re)prendre : même si les horaires et tarifs , qui ne seront pas ceux de
    Hop ! réserveront sûrement la ligne aux hommes d’affaires, cette liaison est utile…

  2. cette ligne était exploité par twin jet avant que cette dernière jette l’éponge avec l’arrivée de HOP, elle est pourtant très utile et mériterait une desserte bi -quotidienne en avions de 19 places.
    De même au départ de lyon des lignes domestiques ont été fermées injustement, je pense au Havre, Reims, Angers, Tours, Clermont- Ferrand, Rodez et bien d’autres, faute de module adapté

Laissez un commentaire