easyJet volera aussi sous pavillon autrichien

La low-cost britannique easyJet a demandé un Certificat de transporteur aérien (CTA) autrichien, afin de maintenir toutes ses opérations en Europe quelle que soit l’issue des négociations sur le Brexit. La nouvelle compagnie easyJet Europe aura son siège à Vienne.

C’était le plan de secours d’easyJet après le vote des citoyens britanniques en faveur du Brexit : face aux incertitudes, la compagnie souhaitait demander un CTA d’un pays membre de l’UE pour être certaine de pouvoir maintenir ses opérations à l’intérieur de l’UE, ainsi qu’entre les pays membres de l’UE et des pays tiers (Israël, Maroc,…). Après avoir recherché le régulateur qui lui serait « le mieux adapté » , easyJet a fait savoir vendredi 14 juillet qu’elle a finalement retenu l’Autriche pour établir sa nouvelle compagnie aérienne.

« Suite à une procédure rigoureuse et complète, easyJet a soumis plus tôt cette année une candidature auprès d’Austro Control pour l’obtention d’un certificat de transport aérien (CTA) et auprès du Ministère fédéral autrichien des Transports, de l’Innovation et de la Technologie pour l’obtention d’une licence de transporteur aérien » , a annoncé la compagnie dans un communiqué. easyJet ajoute que la procédure d’accréditation est à présent « bien avancée » et qu’elle espère obtenir le CTA et la licence « dans un futur proche » .

Le siège de la nouvelle easyJet Europe sera établi à Vienne. Ceci permettra, selon la compagnie orange, « de continuer à voler à la fois à travers l’Europe et en domestique au sein de pays européens, une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’Union européenne » , et ce « quoi qu’il advienne des discussions sur le futur accord aérien entre le Royaume-Uni et l’Union européenne » .

Les équipages et les avions d’easyJet Europe sont déjà employés et basés au sein des pays de l’Union européenne, précise la compagnie. Elle dispose aujourd’hui de 100 avions stationnés et emploie près de 4 000 personnes au sein de 6 pays de l’Union européenne. « L’ensemble de ces salariés sont employés sous contrat de droit local et dans le respect complet du droit et des législations locales et de l’Union européenne » , ajoute easyJet.

La compagnie prévoit que la nouvelle structure aboutira à la création « d’un certain nombre d’emplois » en Autriche. Elle assure toutefois qu’aucun emploi ne sera transféré du Royaume-Uni vers l’Autriche. « Tous les salariés d’easyJet au Royaume-Uni continueront d’être basés à Luton et dans nos 11 autres bases anglaises et selon des conditions identiques à celles existantes » , précise-t-elle.

Avec cette nouvelle entité, easyJet disposera donc de trois compagnies, basées en Autriche, en Suisse et au Royaume-Uni. L’ensemble sera détenu par easyJet plc, structure elle-même détenue et contrôlée au sein de l’Union européenne (que ce soit avant ou après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne), cotée à la bourse de Londres et basée au Royaume Uni.

Malgré cette démarche, easyJet entend continuer « de soutenir activement un accord aérien entre le Royaume-Uni et l’Union européenne garantissant des vols entre le Royaume-Uni et l’Union européenne a minima » .

La low-cost opère en Autriche depuis 11 ans et y a transporté plus d’un million de passagers en 2017. L’an passé, elle a augmenté de 60% le nombre de passagers transportés depuis et vers ce pays.

Photo © Paul BANNWARTH : Airbus A320 d’easyJet (G-EZTX) 

Laissez un commentaire