Un nouveau syndicat de pilotes se crée chez Air France

La CFDT vient de créer une section Air France au sein du SPL, un syndicat de pilotes qui lui est affilié. Cette nouvelle organisation professionnelle a la volonté de « faire du syndicalisme autrement » pour « tenter de sortir de l’impasse à Air France » . Elle portera les idées d’un collectif de pilotes qui tente depuis plusieurs mois de « rénover le dialogue social » à l’intérieur de la compagnie. 

Le Syndicat des pilotes de ligne (SPL), affilié à la CFDT, a annoncé mercredi 5 juillet la création d’une section Air France. Cette création résulte de l’initiative d’un collectif de pilotes d’Air France, qui « a tenté depuis des mois de rénover le dialogue social » au sein de la compagnie, explique le SPL dans un communiqué.

Le collectif souhaitait sortir du schéma « la direction impose, les syndicats s’opposent » . Ses propositions, sur « le droit d’expression des salariés, la fiabilisation des informations délivrées aux salariés et sur une charte de bonne conduite » , ont été soutenues par « de très nombreux pilotes d’Air France » . Mais elles n’ont pas été retenues ni par l’entreprise ni par les organisations syndicales en place, à l’exception de la CFDT, indique le syndicat.

« La CFDT s’étant engagée à défendre la spécificité catégorielle des pilotes de ligne, nous avons décidé d’ouvrir la section Air France au sein du Syndicat des Pilotes de ligne qui lui est affilié CFDT afin de tenter de débloquer l’entreprise du carcan dans lequel elle est enfermée tant par la direction que par les organisations professionnelles » , poursuit le communiqué.

Le SPL estime que « l’immobilisme n’est plus possible pour la survie de l’entreprise Air France face aux différentes concurrences déjà existantes et des nouvelles à venir » . Pour ces pilotes d’Air France,  » il est urgent d’agir » et « de faire du syndicalisme autrement (…) en donnant la parole aux salariés » .

Le collectif à l’origine de cette initiative a été créé en octobre 2015 et il réunit aujourd’hui 230 des quelque 3.500 pilotes d’Air France, a précisé à Air Info lors d’un entretien téléphonique Patrick Vincent, membre du Bureau du SPL Air France et commandant de bord sur Boeing 777.

Le nouveau syndicat espère atteindre environ 10% des voix lors des prochaines élections professionnelles prévues en avril 2019, a-t-il ajouté.

Une démarche inter-catégorielle

Concernant le projet « Boost » d’Air France-KLM, qui porte la création d’une nouvelle compagnie aérienne à coûts réduits, le SPL Air France est d’accord « sur l’innovation, la conquête de nouveaux marché et les objectifs de rentabilité » , a indiqué Patrick Vincent. Mais il déplore « une dissonance » entre les objectifs du projet « Trust Together » d’Air France-KLM et l’exclusion des hôtesses et stewards (PNC), qui seront recrutés dans une filière séparée.

La CFDT est d’ailleurs en train de mettre en place une stratégie inter-catégorielle au sein d’Air France. Deux autres syndicats de la compagnie lui sont affiliés, l’UNPNC, représentant les hôtesses et stewards, et le SPASAF CFDT, « première organisation syndicale au sol, cadres et non-cadres » .

« L’organisation que nous construisons vise, sur les sujets communs, à coordonner ces différentes catégories de personnels via le SPL, l’UNPNC et le SPASAF CFDT » , explique un tract du SPL Air France. « Ce n’est qu’ensemble que nous réussirons à construire ‘l’Air France et le Groupe Air France de demain’ par des positions que nous prendrons ensemble sur les grands sujets (NAO, intéressement et développement) » .

Par ailleurs, le SPL se dit « déjà représentatif » chez Aigle Azur, HOP ! et Corsair, et « également implanté » chez Transavia, Air Caraïbes et Air Austral.

Photo © Air France

2 commentaires sur “Un nouveau syndicat de pilotes se crée chez Air France

  1. Enfin….. Pourvu que ce syndicat puisse donner de nouvelles perspectives à AF…. On le souhaite tous. Et exit les SNPL et autres qui bloquent tout, et tout le temps…

    • La loi du 8 août 2016 a modifié les règles de validité des accords collectifs :
      si, à défaut d’être majoritaire, un accord est conclu par des syndicats représentant plus de 30 % des suffrages exprimés en faveur d’organisations représentatives aux dernières élections professionnelles, tout ou partie de ces organisations syndicales, à condition qu’elles représentent également plus de 30 % des suffrages, peuvent demander une consultation des salariés (référendum). L’accord sera validé uniquement s’il est approuvé, par vote, à la majorité des salariés.
      Il suffit donc chez AirFrance, que le SNPL ne dépasse pas 70% des suffrages aux élections, et les autres syndicats pourront alors demander un référendum décisionnaire des salariés, accord qui passerait outre le SNPL !!!
      Il semblerait que le gouvernement envisage d’abaisser le seuil des 30%, voire d’autoriser les directions d’entreprise à mettre en place un référendum SANS PASSER PAR LES SYNDICATS : BOOST aurait ainsi DEJA été validé par une majorité de pilotes !!!
      Bravo aux pilotes censés… et bon courage !

Laissez un commentaire