Lufthansa et l’aéroport de Francfort trouvent un compromis

En litige depuis plusieurs mois au sujet des redevances aéroportuaires, Lufthansa et Fraport, le gestionnaire de l’aéroport de Francfort, sont finalement parvenus à un compromis. Les deux parties ont annoncé mercredi 5 juillet la signature d’un accord à court terme, censé « créer les bonnes conditions pour la croissance future de Lufthansa à l’aéroport de Francfort » .

Selon leur communiqué commun, les deux partenaires ont l’intention d’améliorer l’utilisation du terminal, le traitement des passagers ou encore d’optimiser les services à la clientèle dans le secteur non-aérien. Surtout, Fraport renonce à présenter une nouvelle grille tarifaire pour l’année 2018. Ainsi, les redevances aéroportuaires n’augmenteront pas l’année prochaine à Francfort.

L’accord ne concerne donc que le court terme mais c’est « une étape importante dans la bonne direction » , souligne Harry Hohmeister, membre du Directoire de Lufthansa.  « Il s’agit d’un prélude à d’autres discussions, dans le but d’intensifier notre partenariat à moyen et long terme » .

« Nous avons identifié plusieurs domaines clés sur lesquels nous allons travailler ensemble » afin d’assurer « la viabilité et la compétitivité à long terme de l’aéroport de Francfort » , assure Stefan Schulte, le président exécutif de Fraport.

Depuis le mois de novembre, Lufthansa reproche à Fraport d’avantager les compagnies low-cost, en particulier Ryanair qui a ouvert une base à Francfort en mars 2017. En cause, des redevances passagers préférentielles pour les nouvelles lignes. Lufthansa s’estime lésée et voudrait bénéficier du même régime pour ses liaisons existantes. « Il n’est pas possible que deux compagnies payent des redevances différentes tout en volant sur une même route » , a expliqué Harry Hohmeister en décembre dernier.

Le système pourrait cependant bénéficier à Eurowings, la filiale low-cost de Lufthansa, si elle faisait son entrée à Francfort. Un porte-parole du groupe a néanmoins indiqué mercredi que la décision n’était pas prise.

Durant le conflit avec Fraport, Lufthansa a annoncé qu’elle allait surtout se développer à Munich, son deuxième hub en Allemagne. À l’été 2018, elle y basera 5 de ses 19 Airbus A380 actuellement stationnés à Francfort.

Photo © Fraport

Laissez un commentaire