Air Caraïbes s’alarme des files d’attente à Orly Sud

En cette période de grands départs, les contrôles d’immigration à l’aéroport de Paris-Orly Sud prennent trop de temps, génèrent des « tensions » parmi les passagers et engendrent « une perturbation majeure des vols » , a dénoncé jeudi 29 juin Marc Rochet, le président des compagnies Air Caraïbes et French blue. Le dirigeant demande l’intervention du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour remédier à cette situation qu’il qualifie « d’alarmante » .

Marc Rochet est irrité par les temps d’attente aux contrôle d’immigration dans le terminal Sud de l’aéroport Paris-Orly, où opèrent Air Caraïbes et French blue. La situation a atteint ces derniers jours « un niveau extrêmement critique générant des perturbations aux conséquences alarmantes » , déplore dans un communiqué le patron des deux compagnies aériennes.

Marc Rochet évoque « une perturbation majeure des vols » . Depuis le 15 juin, tous les jours ont connu « un temps d’attente supérieur à 60 minutes pour les passagers dont 9 jours avec un temps d’attente aux contrôles supérieur à 90 minutes » . Il en résulte « une dégradation de la ponctualité des vols de 430 % par rapport à l’année passée sur la même période » .

Le dirigeant mentionne également « des tensions » chez les passagers, liées à la peur de manquer le vol, et « des malaises parmi les personnes les plus fragiles » . Il signale aussi « de nombreux troubles à l’ordre public » , tels que « des mouvements de foule et des débuts d’émeute de passagers excédés » .

Pour Marc Rochet, cette situation aurait pu être évitée. « Ces dernières années, les compagnies aériennes ont tenté d’attirer à de nombreuses reprises l’attention des services de l’Etat à ce sujet mais en vain » , poursuit le communiqué.

Ainsi, le dirigeant a adressé le 29 juin un courrier au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour solliciter son intervention « dans les plus brefs délais » .

Marc Rochet demande des « effectifs supplémentaires » de fonctionnaires, la modernisation « nécessaire et incontournable » des serveurs informatiques et « l’utilisation privilégiée » de dispositifs automatisés à reconnaissance faciale, comme les sas parafe.

Photo Airbus A330-200 d’Air Caraïbes à Paris-Orly – CC BY-SA 2.0 Anna Zvereva

Laissez un commentaire