SriLankan Airlines, nouvel opérateur de l’A321neo

Le loueur d’avions AerCap a annoncé lundi 3 juillet la livraison de son premier Airbus A321neo en location à la compagnie SriLankan Airlines.

L’appareil est équipé de moteurs LEAP-1A de CFM International. Il s’agit du premier A321neo acquis par AerCap (qui en a 46 en commande ferme auprès d’Airbus) et du premier A321neo à rejoindre la flotte de SriLankan Airlines.

La compagnie nationale du Sri Lanka opère déjà deux A320neo (en location auprès d’ALC). Sa flotte « tout Airbus » comprend aussi un A319ceo, sept A320ceo, trois A321ceo, six A330-200 et sept A330-300.

« L’introduction de l’A321neo est une étape importante dans la modernisation continue de notre flotte et contribuera à améliorer les niveaux de confort et de commodité que nous fournissons à nos passagers » , déclare dans un communiqué le commandant Suren Ratwatte, le directeur général de SriLankan Airlines.

La compagnie devient le quatrième opérateur annoncé de l’A321neo, après Virgin America, qui l’a mis en service le 31 mai dernier, la low-cost islandaise WOW Air et la compagnie charter suédoise Novair. Tous ces appareils sont équipés du moteur CFM.

Lancée en 1979 et basée à l’aéroport de Colombo-Bandaranaike, SriLankan Airlines dessert 100 destinations dans 47 pays, dont 10 en Inde et 9 au Moyen-Orient. Membre de l’alliance Oneworld, elle étendra son réseau en octobre prochain avec Melbourne, sa première destination en Australie.

En revanche, SriLankan Airlines a suspendu depuis 2016 ses dessertes de Rome-Fiumicino (mai), Francfort (octobre) et Paris-Charles de Gaulle (novembre).

Endettée à hauteur de plus de 2 milliards de dollars et engagée dans un programme de réduction des coûts, SriLankan Airlines a dû annuler l’année dernière sa commande de quatre Airbus A350-900 et se cherche actuellement un partenaire. Des discussions sont en cours, notamment avec Emirates.

Selon Reuters, SriLankan Airlines a doublé ses pertes lors de l’exercice 2016-2017, avec un résultat de -182,5 millions de dollars. La compagnie, qui n’a plus enregistré de bénéfice depuis 2009, a expliqué cette situation par les indemnités qu’elle doit verser à Airbus pour l’annulation des quatre A350 et par les travaux sur la piste de l’aéroport de Colombo-Bandaranaike qui l’ont amenée à annuler 600 vols entre janvier et mars 2017 (soit l’équivalent de deux semaines de son programme).

Photo © AerCap

Laissez un commentaire