Air New Zealand évalue les Airbus A350 et Boeing 777X

P. Masclet / master films / Airbus : A350-1000 (premiers push-back et décollage - 28 novembre 2016)

Air New Zealand étudie l’A350 d’Airbus et le 777X de Boeing en vue d’une commande à partir de la fin de l’année. La compagnie souhaite à mettre à profit les capacités de ces appareils pour ouvrir de nouvelles routes ultra long-courriers.

Selon une étude du cabinet CAPA, Air New Zealand s’intéresse aux gros-porteurs de nouvelle génération d’Airbus et Boeing, à l’instar de sa voisine australienne Qantas. La compagnie néo-zélandaise souhaite avant tout remplacer huit Boeing 777-200ER. Bien que leurs cabines aient été rénovées, ces appareils arrivent à mi-vie, ayant été livrés entre novembre 2005 et janvier 2007.

Boeing pourrait avoir l’avantage, pour des raisons de commonalité. La flotte long-courrier d’Air New Zealand est en effet constituée uniquement d’appareils du constructeur américain : elle comprend également sept 777-300ER et neuf 787-9. Toutefois, « Airbus est désireux de promouvoir l’A350 » , croit savoir CAPA.

Le rayon d’action et l’efficience en carburant des A350 et 777X permettraient à Air New Zealand de lancer de nouvelles routes ultra long-courriers vers le continent américain. La compagnie membre de Star Alliance y dessert aujourd’hui Buenos Aires, Vancouver, Honolulu, Houston, Los Angeles et San Francisco. L’Amérique du Nord est son premier marché long-courrier, devant l’Asie. Ainsi, une nouvelle route sans escale Auckland-New York (14.178 kilomètres) semble « un candidat idéal » pour l’expansion du réseau aux yeux de CAPA. À plus long terme, Air New Zealand pourrait aussi ajouter des lignes vers l’Amérique du Sud. En revanche, la liaison sans escale Auckland-Londres est exclue (18.354 kilomètres).

Si Air New Zealand recherche des très long-courriers, elle a cependant retardé d’un an l’arrivée de ses moyen-courriers de nouvelle génération : le premier des neuf A320neo est prévu en juillet 2018, le premier des quatre A321neo en septembre 2018. La compagnie doit également recevoir quatre 787-9 entre la mi-2017 et la mi-2019 ainsi que quatorze ATR 72-600 entre la mi-2017 et la mi-2020.

Photo P. Masclet / master films / Airbus : A350-1000 (premiers push-back et décollage – 28 novembre 2016)

3 commentaires sur “Air New Zealand évalue les Airbus A350 et Boeing 777X

  1. « Boeing pourrait avoir l’avantage, pour des raisons de commonalité ».
    Argument bizarre sachant que le B777X n’a aucun point commun technique avec le B777 actuel ! ! !
    Sans doute pas la moindre pièce commune ni les moteurs !
    Si leur besoin sont pressants, avantage à l’A350 car le B777X n’est pas encore produit !

    • Quand on parle de « commonalité » on fait référence au fait que les équipages qui opèrent le B777 actuel n’auront certainement pas besoin d’une nouvelle qualification type pour opérer le B777X… Donc des frais en moins pour la compagnie. C’est certainement un gros avantage en faveur de Boeing. « Commonalité » n’a rien à voir avec des « pièces en commun »… Et au fait, vous en êtes le concepteur du 777X pour assurer que le 777 et le 777X n’ont pas « la moindre » pièce en commun??
      D’autre part, Air New Zealand n’a jamais dit qu’ils « étaient pressés » d’acquérir l’avion, donc votre argument « avantage à l’A350 car le B777X n’est pas encore produit ! » ne tient pas la route.
      Le puissant Boeing 777X fera très bien l’affaire. Toutes les compagnies aériennes et pilotes qui l’opèrent disent le Boeing 777 est le meilleur avion long-courrier au monde. Le B777X sera une machine redoutablement efficace en plus d’être magnifiquement belle.

  2. Une commande d’A350 serait une belle percée pour Airbus dans une compagnie où les long courriers ne sont que des Boeings !

Laissez un commentaire