Boost, accord collectif : Air France fait une « ultime proposition » à ses PNC

Air France fait un pas en direction de ses hôtesses et stewards : la direction de la compagnie aérienne accepte d’améliorer son projet d’accord collectif PNC et renouvelle ses garanties sur la nouvelle compagnie « Boost » . Deux projets d’accord ont ainsi été envoyés aux syndicats représentatifs. Qualifiés « d’ultime proposition » par la direction d’Air France, ils sont ouverts à signature jusqu’au 11 juillet 2017.

Chez Air France, les règles applicables aux PNC doivent être régies par une « note de direction » à compter du 1er septembre. En effet, l’accord collectif arrive à échéance et le projet de nouvel accord, proposé par la direction en mars dernier, n’a pas obtenu la représentativité syndicale suffisante pour être applicable : un seul syndicat, l’UNAC, a apposé sa signature, tandis que les deux autres organisations représentatives, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC, l’ont rejeté.

Il en va de même de l’accord de garanties pour les PNC sur la nouvelle compagnie à coûts réduits, répondant au nom de code « Boost » . Le projet suscite l’inquiétude des syndicats. Pour apaiser les esprits, la direction d’Air France s’est engagée notamment à limiter le nombre d’avions et à ne pas recourir à une mobilité forcée vers Boost. Le projet a été signé uniquement par l’UNAC et n’a donc pas de valeur contractuelle pour les mêmes raisons de représentativité.

« Cette situation n’est pas satisfaisante, chacune de vos organisations l’a exprimé à plusieurs reprises. Pour la direction, le passage par une ‘note de direction’ est aussi une déception du point de vue du dialogue social, toujours préférable lorsqu’il permet des compromis constructifs et positifs. » , écrivent le 28 juin le DRH, Gilles Gateau, et le directeur Service en vol, Eric Caron, dans un courrier adressé aux présidents des trois syndicats.

Les deux dirigeants d’Air France poursuivent : « les contacts que nous avons eus ces derniers jours montrent une prise de conscience de l’urgence de ces enjeux, à la veille du passage en ‘note de direction PNC’ et de la création de la nouvelle compagnie Boost. L’UNAC a demandé à la direction de faire un pas supplémentaire par rapport à la proposition de mars, pour permettre un accord valide en termes de représentativité. L’UNSA PNC et le SNPNC demandent également qu’une nouvelle proposition soit faite, pour parvenir à un compromis acceptable, et une protection contractuelle des PNC de longue durée » .

Tout en se refusant de rouvrir les négociations qui ont déjà duré plusieurs mois (de mai 2016 à février 2017), Gilles Gateau et Eric Caron joignent à leur lettre un projet d’accord collectif PNC amélioré par rapport à la version de mars 2017, ainsi qu’un accord de périmètre et de garanties sur Boost, identique à ce qui a déjà été proposé.

S’il est validé par les syndicats, le projet d’accord collectif PNC permettra d’éviter le passage en « note de direction PNC » au 1er septembre. Les avancées sur le projet initial concernent « trois sujets qui faisaient encore débat » , selon Gilles Gateau et Eric Caron : en particulier la durée de l’accord, portée à cinq ans au lieu de quatre, avec une augmentation de l’objectif du nombre d’embauches de PNC sur la période (qui passe de 400 à 500), ainsi que « le nombre des rotations adaptées que nous sommes prêts à réduire à trois » et « le tableau d’abattement des OFF consécutifs que nous sommes prêts à aménager en excluant la modification des périodes d’inactivité de 7 et 8 jours » . S’ajoutent « quelques engagements complémentaires sur certains points (périmètre CE, …) » .

« Cette nouvelle et ultime proposition (…) permettra de trouver collectivement, par le dialogue social et le compromis, une issue favorable pour tous » , espèrent les dirigeants d’Air France. Les trois syndicats ont jusqu’au 11 juillet pour apposer leurs signatures sur les documents.

D’ores et déjà, l’UNAC a fait savoir qu’elle signera ces accords « puisque ce sont les mêmes (avec des améliorations pour l’accord collectif) que ceux que nous avions signés en mars » . Reste à connaître la décision des deux autres syndicats représentatifs, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC.

Photo © Paul BANNWARTH : Airbus A321 d’Air France (F-GTAP) à Toulouse (29/04/2016)

2 commentaires sur “Boost, accord collectif : Air France fait une « ultime proposition » à ses PNC

  1. Je trouve malheureux que ce soit toujours les mêmes qui doivent faire des concessions alors que leur salaire de base correspond pratiquement au SMIG , le surplus qu’on leur présente comme une panacée correspond aux frais de déplacement ( n’oublions pas qu ‘AF a conservé les vestiges du passé administratif). Frais de déplacement qui ne compte pas pour le calcul de la retraite.Quelle misère !!!!

    • « qui ne compte pas pour la retraite », dites-vous ? Mais alors…. vous ne cotisez pas pour ces sommes, ni même pour la CSG !!! … on peut pas tout avoir !!

Laissez un commentaire