Washington envisage d’étendre l’interdiction des ordinateurs aux vols depuis 71 aéroports

Le secrétaire d’État à la Sécurité intérieure, John Kelly, a indiqué mercredi que son département envisage d’étendre l’interdiction en cabine des ordinateurs portables sur les vols directs vers les États-Unis depuis 71 aéroports supplémentaires. Toutefois, il a ajouté que ce chiffre pourrait être réduit si les aéroports adoptent des procédures actuellement en cours d’élaboration par le département de la Sécurité intérieure (DHS).

S’exprimant le 7 juin lors d’une audition avec les députés américains, John Kelly n’a pas précisé quels étaient les 71 aéroports visés. Il a néanmoins déclaré, selon le Wall Street Journal, que les terroristes « essaient tous les jours de descendre un de nos avions en route vers les États-Unis depuis l’Europe et le Moyen-Orient » , estimant cette menace « très sérieuse » et « constante » .

Le secrétaire d’État a également indiqué que le DHS travaille à développer de nouvelles normes de sûreté. En les adoptant, les aéroports internationaux échapperaient à l’interdiction en cabine des ordinateurs portables et autres tablettes pour les vols à destination des États-Unis.

Le DHS participera à une réunion avec l’Union européenne qui se tiendra à Malte la semaine prochaine, en vue de discuter de ces nouvelles normes. Son représentant aura un message, selon John Kelly : « voici les nouvelles mesures de sécurité que vous devez prendre dans vos aéroports si vous voulez des vols directs vers les États-Unis » .

Depuis le 25 mars dernier, les autorités américaines interdisent en cabine les appareils électroniques de plus grande taille que les smartphones sur les vols directs vers les États-Unis au départ de dix aéroports d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Washington redoute que des groupes terroristes dissimulent des explosifs à l’intérieur des appareils électroniques et envisage d’étendre la mesure aux vols transatlantiques.

Cette extension pourrait concerner jusqu’à 59 aéroports européens ayant actuellement des services directs vers les États-Unis, pour un total de 3.684 vols par semaine cet été, selon les chiffres d’ACI Europe.

Devant l’ampleur d’une telle mesure, les États-Unis et l’Union européenne ont ouvert des discussions. La semaine dernière, les deux parties se sont mises d’accord pour « augmenter le niveau de la sécurité du transport aérien à l’échelle mondiale » et « continuer à travailler ensemble » . À cette occasion, John Kelly a précisé que l’extension de l’interdiction à d’autres aéroports « restait sur la table » .

Photo © British Airways : passagers utilisant son ordinateur portable à bord d’un vol British Airways (Première classe)

Laissez un commentaire