L’aéroport de Lyon est désormais carbone neutre

L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry a obtenu en mai 2017 l’accréditation ACA 3+, niveau maximum du modèle, celui délivré lorsque la neutralité carbone est atteinte.

Pour obtenir cette accréditation, l’aéroport a dû démontrer sa capacité à mener des actions concrètes qui répondent aux exigences du programme ACA (Airport Carbon Accreditation) d’ACI Europe (Airport Council International Europe). C’est en 2012 qu’Aéroports de Lyon a rejoint ce programme continu, concentré sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il est spécifiquement destiné aux aéroports.

Le niveau ACA3+ « est acquis à travers la compensation des émissions incompressibles via le soutien à un projet bénéfique pour les populations et le climat » , explique la société Aéroports de Lyon. Le gestionnaire aéroportuaire fait preuve de 10 années de partenariat avec l’association Géres dans le cadre de son programme de compensation carbone CO2Solidaire.

Cette accréditation ACA3+ de Lyon-Saint Exupéry a été annoncée en même temps que celle de Londres-Gatwick. Désormais, il existe 27 aéroports « carbone neutre » dans 9 pays d’Europe. Ensemble, ils représentent 18,9% du trafic passagers en Europe. Le tout premier de ces aéroports fut Stockholm-Arlanda, et le premier en France fut Nice-Côte d’Azur (en septembre 2016). Lyon-Saint Exupéry est ainsi le deuxième aéroport français « carbone neutre » . La liste des aéroports participant au programme ACA, et leur niveau d’accréditation, est disponible ici.

Cette étape à présent franchie, la société Aéroports de Lyon indique qu’elle va renforcer ses actions, en s’intégrant dans la politique environnementale AIRPACT de VINCI Airports, son nouvel actionnaire.

Lyon-Saint Exupéry : les grandes actions environnementales de 2009 à aujourd’hui :
Depuis 2009 : Stabilisation des consommations électriques, malgré le développement des surfaces, 26 % de passagers supplémentaires et + 30 000 m2.
2008-2010 : Réduction de la consommation énergétique des éclairages (gros travaux réfection terminaux et balisage des pistes).
Dès 2009 : Déploiement du 400 hertz sur la Jetée puis en passerelle, réduisant l’utilisation des générateurs au fuel.
2009 et tous les 5 ans : changement avec l’amélioration du parc de véhicules, véhicules électriques, et véhicules GNV (dont l’installation d’une station), intégrant des contraintes sur les émissions/km dans le cahier des charges de l’appel d’offres 2011 : Réfection étanchéité Bâtiment Central (aérogare).
2011 : Création de bretelles de dégagement rapide, avec un gain de 30 seconde sur le roulage avions.
Depuis 2012 : Achat de 100 % d’électricité.
2012 : Création du Plan de Déplacement Entreprises.
2012 : Création du satellite du Terminal 3 dans une démarche HQE THPE (très haute performance énergétique) permettant une consommation inférieure de 20 % de la norme RT2005.
2013 : Déploiement des modes doux, chemins de liaison communes aéroport, vélos sur site.
2013-2014 : Réduction des consommations des Groupes froid.
Depuis 2014 : Sensibilisation du personnel aux bonnes pratiques (facteur humain).
À partir de 2015 : Décentralisation des réseaux de chauffage, création des chaufferies Nord et Sud permettant de réseau chaleur (90°) en eau chaude en remplacement de l’eau surchauffée (190°).
2016 : Nouvelle cogénération moteur gaz externalisée, achat de chaleur.
2017 : Installation d’une station d’auto-partage Bluely.
2017 : Livraison Nouveau terminal (Terminal 1 Hall B) de 70 000 m2 certifié entièrement HQE (électricité, chaleur).
2017 : Mise en œuvre du CDM (Collaborative Decision Making) permettant la réduction des temps d’attente avion avant le décollage et la réduction du temps de roulage.

Photo © Vinci Airports – Infographie © Aéroports de Lyon

Laissez un commentaire