La France dans le trio de tête du trafic long-courrier

La France est le troisième pays attirant le plus d’arrivées long-courriers en provenance des principaux marchés dans le monde, selon le nouvel Observatoire de la connectivité aérienne qui vient de rendre public sa première étude. Fort de ce constat, l’Observatoire incite tous les acteurs à concrétiser les potentiels qui existent en France aujourd’hui.

L’Observatoire de la connectivité aérienne a passé en revue les dix principaux marchés long-courriers à destination de l’Union Européennes et de la zone Schengen : Brésil, Canada, Chine, Corée du sud, États-Unis, Inde, Japon, Malaisie, Mexique et Russie.

Aujourd’hui, près de 60 % des voyageurs originaires de ces marchés stratégiques arrivent à destination directement, le reste transitant par un hub de correspondance.

La France capte 12 % des arrivées globales, soit un flux annuel de 6,6 millions d’arrivées. Son importance est encore plus prégnante au niveau du trafic direct avec une part de marché de près de 13 %.

La France s’établit depuis 2011 comme la troisième plus grande destination parmi les dix principaux marchés long-courriers et tient cette position stratégique « d’un profil de trafic très équilibré » , note l’observatoire. Elle apparaît en effet toujours dans le Top 3 de chacun des dix grands marchés émetteurs, à l’exception des États-Unis et de la Russie où elle figure au 4ème rang.

Pour autant, l’Observatoire souligne qu’une « mobilisation collective » en France est « nécessaire » pour capter de nouvelles lignes aériennes et enrichir les dessertes actuelles. La compétition entre grands aéroports et métropoles « n’a jamais été aussi intense » , rappelle-t-il, dans un contexte de consolidation du secteur aérien et de montée en puissance des hubs aériens d’Asie et du Golfe.

Le récent accord bilatéral signé avec le gouvernement chinois, qui double les droits de trafic aérien entre la France et la Chine, est cité comme un exemple à suivre.

L’Observatoire note que son étude, que l’on peut acquérir ici, propose un focus très détaillé sur chacun des dix marchés émetteurs long-courriers et « incite tous les acteurs concernés, du transport, du tourisme et des collectivités, à agir davantage ensemble pour concrétiser tous les potentiels » .

L’Observatoire a été créé en 2016 à l’initiative d’Atout France et du Groupe ADP, en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Photo : © Ralf Roletschek : écran d’information à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (2015)

2 thoughts on “La France dans le trio de tête du trafic long-courrier

  1. Air France s’est repliée sur son hub de Roissy, abandonnant les aéroports de « province  » à leur sort.
    Emirates, Ryanair, Easyjet, Volotea, Eurowings, WizzAir… se sont engouffrées dans la brèche.
    Mais ces conquêtes ne doivent pas faire oublier le faible réseau long-courrier, que ce soit au départ de Nice ou de Lyon.L’accord Franco-Chinois est une belle avancée. Attendons de voir ce qui va en sortir : si c’est pour rajouter des fréquences sur Paris-Pékin ou sur Paris-Shanghaï… La France sera alors restée fidèle à l’adage des années 50 : « Paris et le désert français ».

Comments are closed.