Paris-CDG espère dépasser Londres-Heathrow d’ici 2025

Augustin de Romanet, le PDG du groupe ADP, a prédit que l’aéroport Paris-Charles de Gaulle devrait se rapprocher de Londres-Heathrow en termes de trafic d’ici à 2020 et peut-être le dépasser d’ici à 2025.

Avec 65,9 millions de passagers en 2016, Paris-Charles de Gaulle est le deuxième aéroport européen, seulement devancé par Londres-Heathrow (75,7 millions de voyageurs). L’année dernière, la croissance du trafic a été plus forte sur la plateforme londonienne (+1,3%) que sur sa concurrente parisienne (+0,3%). Une situation inverse aux années précédentes, liée notamment aux attentats terroristes qui ont frappé la France. Toutefois, en ce début d’année, Charles de Gaulle a repris l’avantage avec une croissance de 4,3% au premier trimestre, contre 2,2% pour Heathrow. Cette reprise du trafic a d’ailleurs conduit ADP à relever ses prévisions pour l’année entière.

Dans ce contexte, « Paris-Charles-de-Gaulle (…) devrait se rapprocher de Londres-Heathrow d’ici à 2020 » , a déclaré Augustin de Romanet dans un entretien avec Les Echos. « Mais il faudra sans doute attendre le prochain CRE (Contrat de régulation économique 2021-2025) pour envisager de le dépasser » .

Le dirigeant d’ADP a également fait valoir « un avantage indéniable » dont dispose Charles de Gaulle : « celui d’avoir quatre pistes, contre deux pour Londres, qui peut espérer en avoir une troisième en 2025 » .

Le groupe aéroportuaire est engagé dans un plan stratégique dénommé Connect 2020, dont « l’une des trois grandes priorités » est « d’attirer à Paris le trafic long-courrier et en correspondance » , a rappelé Augustin de Romanet. « Notre stratégie dite de ‘Route Development’ , c’est-à-dire de conquête de nouvelles compagnies et d’incitation pour celles déjà présentes à Paris à densifier leurs réseaux, porte ses fruits » , a-t-il estimé en citant le chiffre de 62 nouvelles lignes au départ de Paris ouvertes en 2016.

Par ailleurs, le patron des aéroports parisiens est revenu sur l’accroissement du temps d’attente lors des contrôles des passeports aux frontières, qui le préoccupe « au plus haut point » . Celui-ci « résulte de l’augmentation du trafic et du renforcement légitime des contraintes de sécurité » , a-t-il déclaré. Le groupe a identifié quatre leviers pour réduire « autant que possible » ces temps d’attente : le degré d’automatisation du processus ; l’organisation du processus ; la vitesse de consultation des ordinateurs et le nombre de personnes dédiées à ce travail.

« En ce qui concerne les deux premiers points, le Groupe ADP a décidé de financer autant de sas Parafe que nécessaire en lieu et place de l’Etat » , a déclaré Augustin de Romanet. Et de poursuivre : « je n’ai mis aucune limite à cet investissement et, cette année, nous installerons 47 nouveaux sas Parafe dans nos terminaux. Lorsque nous serons équipés dans ce domaine, le troisième point pourra être facilement amélioré en étudiant par exemple la possibilité d’un système de pré-checking des ordinateurs avant de passer les aubettes de police. Enfin, le dernier point relatif aux effectifs n’est pas de la compétence du Groupe ADP, mais de celle du ministère de l’Intérieur, qui est conscient, a minima, de la nécessité de ne pas réduire les emplois de la police aux frontières » .

Photo Éric Salard CC BY-SA 2.0 : vue aérienne de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG)

5 thoughts on “Paris-CDG espère dépasser Londres-Heathrow d’ici 2025

  1. Project ambitieux mais bon :
    – Londres est la premiere place financière mondiale et donc la demande est considérable surtout pour la clientèle d’affaire. De plus les low cost ne sont pas vraiment présentes a LHR et il y a une file importante de compagnie aérienne en attente de créneaux. Quand la 3ém piste sera opérationnelle, la croissance re-partira de plus belle.
    – Paris est la premiere capitale touristique mondiale, mais à cause des attentats le traffic à bien baissé. La croissance observée depuis le début de l’année est imputable à la situation qui est pour le moment stable mais elle repose sur un équilibre fragile. Aussi a prendre en compte les taxes et redevance aéroportuaires qui ne cessent d’augmenter et qui ne sont pas favorables aux compagnies.
    Autres paramètres a prendre en compte:
    – Le Brexit, les conséquences de celui – ci pourrait changer la donne. Nombre de société pourraient bien déménager de Londres pour Paris ou Frankfurt et donc une demande plus importante pour CDG au détriment de LHR (simple hypothèse, l’avenir nous le dira 🙂 ).
    – Amsterdam qui enregistre une forte croissance depuis 2 ans maintenant, est devenu le 3em aéroport Européen en terme de traffic en 2016 et talonne de près CDG en ce début d’année 2017 (D’après les chiffres au premier semestre 2017, CDG a une petite avance de 823 312 passagers et l’écart se réduit petit à petit.). Additionnée au fait qu’Amsterdam possède 5 pistes (et donc plus de créneaux et de capacité aéroportuaires) la bataille risque féroce.

    NOTE: la difference de passagers entre CDG et AMS a été calculée avec les données publié par les aéroports.
    Bonne journée.

    • Il est intéressant de noter qu’Amsterdam est fortement restreint au niveau des créneaux en raison des fortes restrictions sonores et environnementales en place aux Pays-Bas. Schipol atteindra très vite son plafond maximum si les restrictions ne sont pas assouplies !

  2. D’ici la il peux s’en passer des choses ! Mais en ce qui concerne CDG, de grandes compagnies comme China Airlines, Garuda Indonésia, Philippines Airlines ou Qantas pourraient (re)venir dans les toutes prochaines années ( les 3 premières avec les nouveaux A350 ). En plus les droits de trafic entre la France et la Chine ont récemment été considérablement augmentés.
    Rien qu’a voir sur ce site, lorsqu’on regarde l’actualité en lien avec Paris CDG, et bien on s’aperçoit que très régulièrement il y a des ouvertures de routes, la mise en place d’avions plus gros, des fréquences rajoutées …
    Après de la à dépasser LHR c’est autre chose !

Comments are closed.