Le COMAC C919 réalise son premier vol (vidéos)

Dix ans après le lancement du programme, COMAC a opéré vendredi à Shanghai le premier vol du C919. Cet appareil, le premier de grande taille construit en Chine, a l’ambition de rivaliser avec les Airbus A320neo et Boeing 737 MAX.

Le C919 immatriculé B-001A a décollé de l’aéroport de Shanghai-Pudong le 5 mai vers 14h00. Ce premier vol, apparemment sans anicroche, a duré 1h18 et a été mené à bien par cinq pilotes d’essai de la Commercial Aircraft Corp of China (COMAC). Il « marque l’entrée du pays dans le marché mondial de l’aviation en tant que solide concurrent » , a estimé Xinhua, l’agence de presse officielle en Chine.

C’est en 2007 que le Conseil d’État de la République populaire de Chine a approuvé le projet de construire localement un appareil de grande taille. L’entrée en service était prévue initialement en 2016. Mais après de multiples retards, le C919 a effectué son roll-out à Shanghai en novembre 2015. Le « C » dans le nom de l’avion représente à la fois la COMAC et la Chine, le 9 est le symbole d’une certaine perpétuité dans la culture chinoise tandis que le 19 est sensé évoquer la capacité maximale de 190 passagers.

Dans ses spécifications standards, le C919 est conçu pour 158 à 168 passagers avec un rayon d’action de 4.075 kilomètres. Une version -ER est envisagée avec une autonomie de 5.555 kilomètres. Comme les Airbus A320neo et Boeing 737 MAX, le C919 reçoit une motorisation LEAP de CFM International, une co-entreprise entre l’américain General Electric et le français Safran Aircraft Engines. La variante LEAP-1C qui lui est destinée a obtenu la certification conjointe de l’EASA et de la FAA en décembre dernier.

De nombreux équipementiers occidentaux participent au programme. Pour autant, le C919 concrétise les ambitions industrielles de la Chine dans le cadre du plan « Made in China 2025 »  qui couvre plusieurs secteurs dont l’aéronautique.

Le C919 a le potentiel d’un énorme marché intérieur. À ce jour, il a été commandé uniquement par des compagnies aériennes chinoises, dont les trois plus grandes du pays qui sont détenues en totalité ou en partie par l’État : Air China, China Eastern Airlines et China Southern Airlines. Toutefois, le loueur d’avions GECAS, filiale de General Electric, s’est également engagé. Selon COMAC, le C919 enregistre un total de 570 commandes ou intentions de commande de la part de 23 clients.

Reste à voir si le monocouloir aura les faveurs de clients étrangers en dehors d’éventuels « pays satellites » de la Chine. Au préalable, l’avion devra décrocher la certification de l’EASA et de la FAA. « Ce serait une immense victoire pour ce programme » , a souligné Michel Merluzeau, le directeur d’AirInsightResearch, un groupe de consultants basé à Seattle.

Cependant, entre le premier vol et la certification, le chemin est long. COMAC a précédemment indiqué qu’il prévoyait une campagne d’essais de trois ans, ce qui placerait l’entrée en service autour de 2020 si tout se déroule comme prévu.

COMAC, qui est détenue par l’État chinois, produit également l’ARJ21, un avion régional de 70 à 90 sièges et disposant d’un rayon d’action de 2.225 à 3.700 kilomètres. Il a été certifié par l’Autorité de l’aviation civile chinoise mais pas encore par les agences européenne et américaine. Ses opérations sont donc limitées pour le moment à la Chine.

COMAC est également en discussion avec l’avionneur national russe United Aircraft Corporation (UAC) pour lancer un gros-porteur d’une capacité de 280 sièges avec une autonomie de 12.000 kilomètres.

 

2 commentaires sur “Le COMAC C919 réalise son premier vol (vidéos)

Laissez un commentaire