Moteur GTF de Pratt & Whitney: JetBlue et Spirit repoussent des A320neo

Les low-cost américaines JetBlue Airways et Spirit Airlines ont chacune annoncé qu’elles repoussaient la livraison d’Airbus de la famille A320neo. Toutes les deux ont choisi le moteur GTF de Pratt & Whitney : les problèmes perdurent et affectent le calendrier de livraison d’Airbus. 

Les compagnies américaines semblent ne vouloir prendre aucun risque. JetBlue Airways a annoncé le 25 mars un nouveau plan de flotte. C’est ainsi que trois A321neo livrables en 2018 seront remplacés par autant d’A321ceo. Il s’agit « simplement d’une mesure prudente » , a déclaré le directeur financier de JetBlue, Steve Priest. Il a également indiqué que Pratt & Whitney était « sûr de parvenir à résoudre les problèmes » .

De plus, JetBlue diffère treize Airbus, dont huit de 2019 à 2023 et cinq de 2020 à 2024. Au total, la compagnie réceptionnera son premier A321neo en 2019. Il sera suivi par douze autres exemplaires la même année. Puis en 2020, JetBlue doit recevoir sept A321neo et ses six premiers A320neo.

Sa commande comprend 25 A320neo et 60 A321neo. Parmi ceux-ci, 15 peuvent être convertis en A321LR, la version de l’A321neo à rayon d’action allongé. Cette possibilité n’est pas affectée par la modification du plan de flotte, a indiqué Steve Priest. JetBlue a jusqu’à la fin 2017 pour décider si elle change ses A321neo en A321LR.

Quelques jours plus tard, Spirit Airlines a emboité le pas à JetBlue. Le 28 mars, l’ultra low-cost a annoncé qu’elle repoussait deux A320neo de 2018 à 2019. En outre, deux autres A320neo livrables également en 2018 seront remplacés par des A320ceo.

Le directeur financier de Spirit, Ted Christies, n’a pas caché sa frustration face aux problèmes des moteurs GTF mais il pense que Pratt & Whitney les résoudra. Spirit a réceptionné cinq A320neo, dont deux sont immobilisés depuis plusieurs semaines (N901NK et N905NK).

Les difficultés de Pratt & Whitney continuent

En coulisse, plusieurs opérateurs de l’A320neo avec les moteurs Pratt & Whitney ne sont pas satisfaits.

Il y a d’abord eu des problèmes au démarrage des moteurs. Il fallait attendre plusieurs minutes avant qu’ils ne délivrent leur pleine poussée, prolongeant d’autant l’immobilisation de l’appareil sur la piste. Qatar Airways a utilisé cette raison pour refuser la livraison de ses A320neo et a annulé en outre plusieurs exemplaires. Ensuite, certaines pièces du moteur ont montré une usure prématurée, ce qui est susceptible d’augmenter les coûts de maintenance. Le problème a été identifié et sera résolu y compris pour les moteurs déjà livrés, a indiqué Pratt & Whitney.

Cette semaine, Airbus a reconnu que les difficultés perduraient. Certains clients rencontrent « quelques aléas de mise en service qui doivent être résolus, notamment au niveau du moteur GTF de Pratt & Whitney« , a déclaré l’avionneur. En attendant, la production de l’A320neo souffre. Airbus devra attendre la fin de l’année pour accélérer la cadence à laquelle il assemble les appareils, le temps de mettre en œuvre  » les mesures d’amélioration requises sur le produit » .

Pour autant, il semblerait que le GTF ne démérite pas. Sur un vol de six heures, il délivre une consommation de carburant réduite de 17% en comparaison de l’A320 de génération actuelle, a confié mardi au Seattle Times Angus Kelly, le directeur général d’AerCap qui citait l’une de ses compagnies clientes. C’est deux points de mieux que ce qui était annoncé par Airbus et Pratt & Whitney. Sans doute la réduction de la consommation de carburant est moins importante sur un vol plus court. Mais Lufthansa, la compagnie de lancement, s’est déjà déclarée « convaincue » par l’appareil alors qu’elle utilise l’A320neo avec les moteurs GTF sur des secteurs bien moins longs que six heures.

Photos © Airbus

Laissez un commentaire