Contrôles aux frontières : les aéroports français demandent plus de moyens

Alors que les contrôles aux frontières sont renforcés depuis le début avril, l’Union des aéroports français appelle les pouvoirs publics à déployer rapidement des moyens supplémentaires afin de stopper la dégradation des conditions d’accueil des passagers.

Depuis le 7 avril 2017, les ressortissants de l’Union européenne font l’objet de contrôles renforcés aux frontières extérieures de l’UE. En raison du nouveau règlement adopté par le Conseil de l’Union le 7 mars, les Etats membres ont désormais l’obligation de procéder à des contrôles documentaires renforcés avec consultation des bases de données pertinentes (type fichier des passeports volés, etc.). Jusqu’à présent, seuls les ressortissants des pays tiers (hors UE) faisaient l’objet de ces contrôles renforcés aux frontières extérieures. Cette nouvelle donne n’est pas sans poser de problèmes dans les aéroports, a indiqué jeudi 21 avril l’Union des aéroports français (UAF).

Selon l’association qui réunit 150 adhérents, « il apparaît que, contrairement à la police aux Frontières (PAF), les services de douane ne disposent pas de matériels suffisamment performants pour faire face au renforcement de ces contrôles sans dégrader fortement la qualité de service. D’où un allongement insupportable des temps d’attente dans un grand nombre d’aéroports en région où les contrôles aux frontières sont exclusivement assurés par les services douaniers » .

L’UAF entend marquer son incompréhension face à ces difficultés. « Les modifications des règles européennes étaient connues depuis de nombreux mois. La France a, elle-même, poussé à Bruxelles aux modifications du code frontières Schengen » , a rappelé l’association.

L’UAF appelle donc les pouvoirs publics « à agir rapidement et à répondre dans les plus brefs délais aux besoins en matériel moderne et performant des services afin de stopper la dégradation des conditions d’accueil des passagers » .

À ce renforcement des contrôles aux frontières extérieures vient s’ajouter en France, dans le cadre de l’état d’urgence, le contrôle des vols en provenance ou à destination de l’espace Schengen, toujours sans affectation de ressources humaines supplémentaires.

Jean-Michel Vernhes, président de l’UAF, prévient : « le contrôle des vols Schengen a déjà fortement dégradé les conditions d’accueil des passagers dans nos aéroports avec l’allongement des temps d’attente. Les retards techniques, suite aux modifications du nouveau code Schengen récemment entré en vigueur, aggravent encore la situation. Les pouvoirs publics doivent agir résolument pour améliorer la fluidité des contrôles aux frontières aériennes de la France. Sinon, cet été, au plus fort de la saison touristique, la situation risque de devenir, dans nos aéroports, difficile » .

L’UAF suggère aux pouvoirs publics, s’ils ne peuvent déployer de moyens supplémentaires, d’activer la clause de dérogation aux nouvelles obligations européennes pour une période transitoire de 6 mois, comme prévu par le nouveau code frontières Schengen.

Photo © Gouvernement français : passagers à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle

One thought on “Contrôles aux frontières : les aéroports français demandent plus de moyens

  1. C’est une catastrophe quand vous arrivez à CDG, terrible pour les touristes et les femmes d’affaires et je vous parle pas de beauvais où c’est le pompon

Comments are closed.